Actualités

Le déclin de la pensée politique française

Ary Yée Chong Tchi Kan / 23 janvier 2021

Au-delà du vaccin, il faut réfléchir pourquoi sur les 5 puissances permanentes du Conseil de Sécurité de l’ONU, les Etats Unis, le Royaume-Uni et la France comptent 577 000 morts ; la Russie et la Chine comptent 71 000. Il y a bien plus que « le dépérissement total de l’industrie française ». C’est le déclin de la pensée politique française.

JPEG - 57.7 ko

La France ne fait plus rêver. La dernière fois où elle a triomphé c’est lorsque de Dominique de Villepin a combattu Colin Powell à l’ONU sur l’invasion de l’Irak. Le monde de la Paix était du côté de la France. L’histoire a tranché. Colin Powell déclare dans un "livre confession" qu’il avait menti. Tony Blair l’ancien premier ministre du Royaume-Uni a confessé également. Pour moins que cela, d’autres auraient été traduits devant le tribunal pénal international pour crime de guerre. Bilan : l’Irak est détruit et Saddam Hussein est tué. Il ne possédait pas d’arme de destruction massive. La France aurait dû aller jusqu’au bout de sa ligne politique. 

Elle tenait une autre occasion, c’est en 2008 lorsque la crise du sur-endettement des ménages américains s’est propagée dans tout le système bancaire européen. Le Dollar et la politique américaine de surconsommation étaient montrés du doigt. Sarkozy devait rassembler sur cette ligne. Il a préféré bombarder la Libye et éliminer Kadhafi. Il lui fallait l’appui des Etats-Unis. Le G20 tenu à Cannes était un fiasco. 

La France aurait pu également prendre la tête d’un mouvement pour demander la levée du blocus cubain. C’est le plus grand scandale du demi-siècle écoulé. A l’ONU, il ne restait plus que 2 voix en faveur des Américains. Ils ont récupéré l’Ukraine et le Brésil. La France ne dit rien quand Pompéo inscrit Cuba sur la liste des pays terroristes, alors qu’il n’a plus aucune légitimité. Cuba, c’est ce petit pays qui a vaincu l’Apartheid qui était soutenu militairement et diplomatiquement par la France. La France fait pire aujourd’hui, elle soutient la contre-révolution au Vénézuela. Elle est décalée.

Deux mois avant l’apparition du Coronavirus en Chine, fin octobre 2019, Macron défiait les Malgaches, debout sur les sables des Glorieuses ! Il attendra le 12 mars 2020 pour appeler les Français à la guerre contre un ennemi invisible. C’était 3 jours avant les élections municipales du 15 mars. La préoccupation de tout le gouvernement n’était pas la santé des Français mais leurs élections. La suite est connue : 70 000 morts, en temps de Paix. 
Le Président qui s’est arrogé les pleins pouvoirs est incapable de produire un seul remède contre le virus. 

Nous assistons au dépérissement des valeurs françaises. L’opposition aurait pu créer un électro-choc en démissionnant en bloc au lieu de cautionner le vote des pouvoirs exceptionnels à Macron. A ce stade, à quoi sert de jouer aux parlementaristes ? Bizarrement, elle est dépassée par la risée de l’hyper-puissance américaine qui se fracasse sur le Capitole, incapable de stopper un virus qui a déjà fait 400 000 morts en temps de Paix. 

Au-delà du vaccin, il faut réfléchir pourquoi sur les 5 puissances permanentes du Conseil de Sécurité de l’ONU, les Etats Unis, le Royaume-Uni et la France comptent 577 000 morts ; la Russie et la Chine comptent 71 000. Il y a bien plus que « le dépérissement total de l’industrie française ». C’est le déclin de la pensée politique française.

Ary Yée Chong Tchi Kan  

Voir en ligne : https://fr.sputniknews.com/economie...