Actualités

Le développement durable en question au congrès de l’ACDOM

Eau, risques naturels majeurs, énergies renouvelables et biodiversité

Témoignages.re / 19 novembre 2005

Les collectivités de Guadeloupe - territoriales, communales ou intercommunales - accueillent du 15 au 19 novembre, le XIVème Congrès des villes d’Outre-mer adhérentes de l’ACDOM (association des collectivités de l’Outre-mer) et font le point sur quelques dossiers-clés de leur développement. Elles posent aussi la question, récurrente depuis l’année dernière, du respect de leur structure par les pouvoirs publics.

Le XIVème Congrès de l’ACDOM - association constituée en 1991 - se tient en Guadeloupe du 15 au 19 novembre, après une journée de préparation - le lundi 14 - marquée par la réunion du conseil d’administration de cette structure qui fédère 93 collectivités de l’Outre-mer, dont 82 communes et 11 groupements de communes. Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne a été invité en tant que président de la Conférence des communautés de communes de l’Outre-mer, à laquelle adhèrent onze des quinze collectivités de communes.
Le Conseil d’administration de l’ACDOM, que préside Jean-Claude Christophe, a particulièrement mis en avant, lors de cette journée, la question de la “gestion de l’eau potable dans la Caraïbe”.
Il faut noter la participation, cette année d’une forte délégation de Mayotte, représentée par plus d’une quarantaine de personnes - élus et techniciens- venus de seize des dix-sept communes de l’île. Quinze maire sur dix-sept ont fait le déplacement.

Quatre thèmes

Chaque journée, de mardi à vendredi, était construite de façon à traiter de façon diversifiée les quatre thématiques exposées lors de la journée inaugurale de mardi : les eaux, les risques naturels majeurs, les énergies renouvelables et la biodiversité. L’organisation a retenu le principe d’une décentralisation qui doit conduire les participants de Point-à-Pitre à la ville du Gosier, puis à Saint-François, Les Abymes et Baie-Mahot.
A leur arrivée, les délégations ont été reçues par le maire de Pointe à Pitre, Henri Bangou, qui avait tenu à recevoir auparavant un représentant de chaque pays membre : Polynésie, Nouvelle Calédonie, Mayotte, La Réunion, Guyane, Martinique et Guadeloupe. La Réunion était représentée lors de cette rencontre par Maurice Gironcel. Elle l’est aussi, dans le congrès, par des élus - dont le maire de la Plaine des Palmistes - et des personnels techniques ou administratifs de onze de nos vingt-quatre communes.

La question de la reconnaissance

La réception des délégations a eu lieu dans la salle panoramique de la mairie de Pointe-à-Pitre, où une exposition de photographies montrait la rénovation de la capitale, depuis les années 60-70. Une présentation de cette rénovation urbaine a été faite par les élus guadeloupéens, en présence de Dominique Voynet venue soutenir les mouvements écologistes des Antilles mobilisés par rapport à un problème de pesticide utilisé dans la culture de la banane.
Outre les thématiques inscrites aux débats, ce Congrès de l’ACDOM permet de poser une fois encore la question de la reconnaissance de cette organisation transversale par les pouvoirs publics. Ce point, devenu sensible depuis l’arrivée au ministère de l’Outre-mer de Brigitte Girardin, devait alimenter une bonne part des débats politiques de cette assemblée, dont la journée inaugurale a eu lieu mardi.

P. David


Les problématiques du développement durable

Mardi, l’ouverture des travaux en séance plénière est placée sous le thème “Assumons ensemble nos responsabilités d’élus pour un développement durable et solidaire”. Plus de 200 élus d’Outre-mer sont réunis à la résidence départementale de Bas du Fort, au Gosier, sous la présidence de Jean-Claude Christophe, adjoint au maire du Gosier et président de l’ACDOM. Les discours introductifs ont insisté sur la nécessité, pour les collectivités locales, de s’unir et former des regroupements pour réfléchir ensemble aux réalités de leurs territoires et mieux les servir.
Les élus ont été reçus par des allocutions d’introduction de Jean-Pierre Dupont, maire du Gosier, le lieu d’accueil et Lilian Malet, secrétaire général de l’ACDOM, a précédé les différents intervenants : Jean Laguerre, maire de Goyave et président de l’association des maires de Guadeloupe ; Jacques Gillot, sénateur de la Guadeloupe et président du Conseil général ; Jeanne Méri-Robert, représentant le président du Conseil régional de Guadeloupe, Victorin Lurel.
Après les discours inauguraux, des interventions plus techniques sur les problématiques du développement durable ont occupé la deuxième partie de la matinée.
Ary Chalus, maire de Baie-Mahot a exposé la problématique de la biodiversité au service du développement durable, en présentant différents projets de protection de l’environnement (mangrove...). Dominique Jonquère, chef du service aménagement et urbanisation, à la DDE Guadeloupe, a présenté les données d’une gestion prospective des territoires.
Jean Laguerre est revenu exposer la problématique des énergies renouvelables et Georges Bregan, conseiller général et adjoint au maire de Pointe à Pitre est intervenu sur celle des risques naturels majeurs.
Dominique Voynet, invitée par les membres de l’ACDOM en raison de leur approche écologique des questions de développement, est intervenue en fin de matinée, donnant une synthèse des problématiques inscrites à ce XIVème Congrès.


Les invités du XIVème Congrès

Dominique Voynet, ancienne ministre, sénatrice de Seine Saint-Denis.
André Robert, délégué général de l’Association des petites communes de France ; Maurice Gironcel, président de la Conférence des communautés de communes d’Outre-mer ; François Decock, directeur pour l’Outre-mer du groupe Dexia-Crédit Local (ex-CLde France).
Le président et secrétaire général de l’AMEDOM (Association métropolitaine des élus originaires d’Outre-mer), respectivement Georges Alidore et M’Baïren Lisette.