Actualités

Le monde, La Réunion et la croissance de leurs populations

9e Congrès du PCR – 5 février 2017 à Sainte-Suzanne

Manuel Marchal / 27 janvier 2017

Le monde connaît actuellement une croissance de la population humaine sans précédent dans l’histoire par son nombre et sa rapidité. C’est une étape décisive dans l’histoire de l’espèce humaine. Il appartient à notre génération de relever ce défi : comment faire pour que cette augmentation de la population puisse accompagner une réduction des inégalités dans le monde ?

JPEG - 86.1 ko

De 7 milliards aujourd’hui, la population du monde doit atteindre 9,5 milliards en 2050 et 11 milliards en 2100. À chacune de ses prises de parole publique, en conférence de presse ou en meeting, Paul Vergès évoquait la démographie. Il voulait sensibiliser ses interlocuteurs sur un fait, des bouleversements sans précédents sous l’impulsion notamment de la démographie. Et à l’appui de sa démonstration, il citait le nombre de 2,5 milliards. D’ici à 2050, soit en moins de 40 ans, la population du monde augmentera de ce nombre. Or, 2,5 milliards représente le nombre d’habitants total de la planète en 1950.

Cette croissance se déroule principalement dans les pays en développement, c’est la transition démographique. C’est une période durant laquelle l’espérance de vie augmente tandis que le nombre des naissances reste élevé. Ce n’est qu’au bout d’une certaine période que le nombre des naissances diminue ce qui aboutit alors à une croissance quasi-nulle comme en Occident aujourd’hui. L’Europe avait connu ce phénomène lors des 18e et 19e siècles et au début du 20e. Pour régler les problèmes liés à sa transition démographique, elle a conquis le monde. Cela a permis aux Européens de créer des colonies de peuplement. Le continent américain et l’Australie en étaient les plus importantes. Le monde connaissait alors des vagues de migrants en provenance d’Europe. La conquête du monde permettait aussi aux dirigeants européens de disposer quasi-gratuitement d’immenses ressources naturelles. Ce pillage a permis le développement d’une industrie qui pouvait absorber la croissance de la population active.

Crise des réfugiés

D’où ce constat de Paul Vergès : en quelques décennies, l’augmentation de la population sera égal à celle produite par l’accumulation de milliers de générations depuis la création de l’espèce humaine. D’où le défi qui se pose à la génération actuelle : comment préparer l’arrivée sur Terre d’une population aussi importante tout en lui donnant la possibilité de vivre mieux ?

Une des illustrations concrètes de ce défi est le phénomène des réfugiés. Ce sont chaque année des millions de personnes qui quittent leur pays pour espérer mieux vivre ailleurs. Une des raisons de cet exode est liée à la croissance démographique. Dans des pays ruinés par la colonisation, la pression sur les ressources augmente. Des guerres souvent provoquées par les puissances occidentales de l’argent viennent accentuer la crise. Les effets des changements climatiques vont encore amplifier les migrations. Car ils touchent des régions côtières densément peuplées, dans des pays qui connaissent la plus importante croissance démographique de leur histoire. C’est pourquoi le monde n’est qu’au début de la crise des réfugiés.

Repli sur soi

Or, l’attitude des dirigeants occidentaux sur ce point est inquiétante. En Europe, les réfugiés doivent faire face à d’importants obstacles pour traverser légalement la frontière. Cela pousse donc à essayer d’ y entrer clandestinement. Le moyen le plus discret est la voie maritime, c’est aussi le plus dangereux. En 2015, plus de 3.000 personnes avaient perdu la vie dans la traversée. En 2016, ce nombre est en augmentation alors que celui des passages a baissé. Un accord entre l’Union européenne et la Turquie prévoit le renvoi des réfugiés en Turquie quand ils arrivent en Grèce par la mer. Cela oblige les migrants à tenter de passer par un itinéraire bien plus risqué, la traversée de l’Afrique à l’Italie.

Aux États-Unis, le nouveau président veut construire un mur à la frontière de son pays avec le Mexique. C’était une de ses promesses de campagne les plus en vues.

Exemple réunionnais

Car force est de constater que le problème de la gestion de l’arrivée des réfugiés pèse aussi sur la situation politique. C’est une donnée qui entre en compte lors des campagnes électorales. Elle a eu une influence lors de la campagne du référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Elle en a lors des scrutins en Europe de l’Est. En Allemagne et en Autriche, elle a favorisé le retour de l’extrême droite que la dénazification avait pourtant éradiquée depuis longtemps.

Face à cette solution du repli sur soi, d’autres organisations comme le PCR prônent au contraire la solidarité. Ce courant progressiste peut d’ailleurs trouver une illustration concrète à son mot d’ordre d’intégration des réfugiés. Il s’agit de La Réunion, terre de rencontre de grandes civilisations, dont tous les habitants sont des descendants d’immigrés. Dans un livre d’entretiens avec Brigitte Croisier, Paul Vergès avait d’ailleurs souligné que le peuple réunionnais préfigurait ce que pouvait être le monde dans quelques siècles, une fois passée l’étape de la transition démographique. Un monde où chaque pays aurait intégré les apports des immigrés.

M.M.