Actualités

Le Plan Senior, « une ambition pour notre société »

Les grandes mesures à destination des seniors

Témoignages.re / 2 novembre 2019

L’Assemblée plénière réunie le 30 octobre au Département a adopté un nouveau plan pour les personnes âgées, afin d’améliorer les conditions de vie et de soin de nos ainés.

JPEG - 103.3 ko

Les élus ont salué les échanges réalisés avec les acteurs institutionnels en charge de l’aide et du soutien aux personnes âgées. De ces discussions, deux piliers ont été sélectionnés pour mettre en œuvre le Plan Seniors. Il s’agit de la valorisation de la place et du rôle des personnes âgées dans notre société et une gouvernance forte.

De ces deux piliers, quatre stratégies ont émergé : informer les personnes âgées, leur entourage et favoriser l’accès aux droits ; soutenir la participation financière à la vie sociale et l’engagement citoyen ; prévenir la perte d’autonomie et permettre à chacun de continuer à vivre chez soi ; et offrir des solutions d’hébergement diversifiées et de qualité.

Créer 5000 emplois dans l’aide à la personne

Dans un territoire où la population de 60 ans et plus devrait passer de 114 000 à 186 000 personnes d’ici 2030, il devient indispensable de répondre aux besoins des seniors. Pour cela, le Département va créer un Centre de Formation d’Apprentis (CFA), spécialisé dans le service à la personne.

Ainsi, selon la Fédération Française des services à la personne et de proximité (FEDESAP), a recensé 400 000 emplois créés dans ce secteur ces dix dernières années en France, dont plus de 18 000 à La Réunion. « Ce rythme devrait se maintenir avec près de 5 000 créations d’emplois attendues dans notre île dans les trois ans à venir », selon le rapport présenté.

Les MAF, solution contre l’isolement

A cela s’ajoute une volonté de modifier du cadre financier des Maisons des Accueillants Familiaux (MAF). Ce mode d’accueil « innovant » pour les personnes âgées en perte d’autonomie sera privilégié et recevra « tous les actes administratifs et financiers nécessaires à la création et au fonctionnement » de ces structures, d’après le président du Département.

En effet, « les MAF permettent de lutter contre l’isolement des personnes âgées et des personnes porteuses de handicaps en leur offrant une solution d’accueil et de prise en charge », a expliqué Cyrille Melchior. Les MAF donneront aux personnes âgées vivant avec leur enfant en situation de handicap la possibilité de vivre dans ce mode d’hébergement.

La MAF offre de véritables alternatives de prise en charge aux personnes âgées qui ne souhaitent pas être en établissements médicaux sociaux ou qui ne peuvent plus résider à leur domicile compte tenu de l’inadaptation de leur logement (immeubles sans ascenseur,…).

Le cadre de financement fixé en 2016 prévoit une subvention d’investissement de 100 000 € maximum, non renouvelable et une subvention de fonctionnement annuelle destinée à couvrir les charges courantes visant à tendre vers un équilibre budgétaire sur trois années d’exercice.

Modifier la loi pour créer des résidences autonomie

Autre point marquant de ce plan Senior la proposition de modification législative visant à permettre la construction de résidences autonomie en Outre-mer. Le Département constate qu’un tiers des personnes âgées (données 2016-2017) vivre avec moins de 800 € par mois et 23 % d’entre elles bénéficiaient de l’ASPA.

Raison pour laquelle, « « cette précarité financière légitime la nécessité de construire des logements et des hébergements à loyer maîtrisé et social mais pour autant adaptés à la prévention de la perte d’autonomie ».

Face à la situation sociale et le vieillissement de la population « il est urgent de construire des résidences autonomie » pour Cyrille Melchior. D’où la nécessité de modifier le code de l’action sociale et des familles, et le code de la construction et de l’habitation. Ces changements « pourraient faire l’objet d’une future loi en vue d’une entrée en vigueur dès que possible, soit à compter du 1er janvier 2020 ».