Actualités

Les propositions du PCR « cohérentes et globales »

Assemblée Générale Extraordinaire

Témoignages.re / 8 septembre 2019

A l’occasion de l’Assemblée Générale Extraordinaire, Julie Pontalba de la section de Saint-Denis a retracé les principales propositions du Parti Communiste Réunionnais, qui seront débattu et présenté à la population lors des prochaines élections.

Le PCR souhaite la mise en place à La Réunion de la conférence territoriale élargie aux autres forces vives du pays, syndicats et les associations, qui élaborera un projet global et cohérent.

« Ce projet devra tenir compte de notre situation sociale, économique, environnementale, mais aussi des réalités du monde, des changements dans notre zone géographique, des changements climatiques, des progrès scientifique et technologique », a assuré la jeune femme.

Parmi ces réalités, l’annonce de la création d’une zone de libre échange continentale des pays africains, qui devrait entrée en vigueur dès 2020, et concernera 54 pays, soit 1,2 milliards de personnes. Ensuite à Madagascar, il est prévu le double d’habitant à l’horizon 2050, soit 55 millions quand nous nous serons 1 million. Et Madagascar, comme Maurice et les Seychelles devraient intégrer la nouvelle zone de libre échange africaine.

Des propositions à la mesure des enjeux

« Dans notre projet nous devons tenir de ces éléments nouveaux et importants », afin d’éviter que La Réunion en s’isole de ses voisins et surtout des opportunités de coopérations économique et commerciales. « Chacun devra apporter sa contribution. Le PCR pour sa part a déjà rendu publique plusieurs propositions », telles que

- la création d’une assemblée décisionnaire, paritaire qui serait élue à la proportionnelle, avec des compétences élargies. « Cette assemblée serait apte à mettre en oeuvre le projet global et cohérent défini préalablement, et cette assemblée doit disposer d’un fonds de développement ».
- la création de deux grands services, l’un dédié à l’aide à la personne et l’autre dédié à l’environnement. « Avec l’augmentation de la population et l’augmentation de la durée de vie, il faudra un grand nombre de personnels formés pour venir en aide aux personnes âgées, à celles qui sont porteurs de handicap, à la petite enfance. »

Julie Pontalba a déploré que le climat, la protection de l’environnement et le développement durable, « sont devenus des phénomènes de mode, mais pour nous il s’agit d’une préoccupation de la première heure, un combat de tous les instant » :

- 1975, le PCR publié son ‘Livre vert’, intitulé le plan de survie
- 1996, en pleine campagne électorale, Paul Vergès et Philippe Berne alertent sur la situation climatique.
- 2001, élu sénateur, Paul Vergès a fait voter à l’unanimité la création d’un Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique. L’ONERC qu’il a dirigé depuis sa création en 2001, jusqu’à son décès en novembre 2016.
- 2009, Paul Vergès est celui qui est a l’initiative de la replantation de 1 000 arbres / an, et celui qui a imaginé le projet d’un réseau ferré, le tram-train.

« Vous voyez, pour le PCR l’enjeu écologique ici et dans le monde est essentiel, et nous pensons qu’avec l’accélération des phénomènes, il faut absolument qu’un dirigeant du parti prenne l’engagement de s’en occuper tout particulièrement, qu’il suive cela de près dans un esprit de rassemblement de tous les réunionnais », a assuré la militante.

Maurice Gironcel, chef de file du climat au PCR

« La Terre se réchauffe à cause de l’activité humaine. Et si la température continue d’augmenter comme actuellement, c’est la vie sur Terre qui va disparaitre. Nous devons être convaincus qu’il s’agit là d’une priorité », a indiqué Julie Pontalba.

Cette dernière a proposé Maurice Gironcel pour s’occuper au sein du parti de la lutte pour le climat. En effet, « depuis plusieurs années déjà, Maurice (Gironcel, ndlr) agit en faveur du développement durable ».


"Maurice Gironcel tient entre ses mains sont exemplaire du Livre vert de 1975"

Évoquant les différentes mesures prises par le Maire de Sainte-Suaznne, la jeune femme a mit en exergue la marche Réunionnaise pour le climat organisée depuis trois ans. En 2018, la deuxième édition a réuni plus de 2 000 personnes venues de toute l’île.

« Cette marche a lieu tous les 1er dimanche du mois de mars, le plus proche possible du 5 mars, car cette date n’a pas été choisie par hasard. Le 5 mars, c’est la date anniversaire de la naissance de Paul Vergès. C’est donc pour rendre hommage à son action pour le climat que cette date a été choisie », a précisé la militante de Saint-Denis.

Pour conclure, cette dernière a assuré que « le problème du climat et de l’écologie, ce n’est pas un effet de mode chez nous, cela fait plus de 40 ans que l’on en parle et que l’on agit. Maurice nous te faisons confiance pour continuer ce combat là, qui est essentiel ! Tu peux compter sur nous. Nous lé là ».