Actualités

Les « Sept péchés » de la « démocratie » à l’occidentale

Un système au service d’une classe sociale quasi-impossible à réformer

Témoignages.re / 24 avril 2021

Un éditorial du Global Times daté du 17 avril analyse les systèmes politiques occidentaux vus de Chine. Manifestement, ils n’ont pas pour but de lutter contre la pauvreté car ils sont centrés sur la valorisation des capitaux, et pas sur l’humain. Dans cette analyse, Global Times relève sept « pêchés » capitaux caractéristiques d’un système politique défectueux, car le pouvoir y est confisqué par une classe sociale.

JPEG - 109.6 ko

« Les systèmes politiques occidentaux deviennent de plus en plus rigides, inefficaces et en déclin. Ils ont un besoin urgent d’une réforme systémique profonde.
Il n’est pas nécessaire qu’un politologue déterre ici des théories pertinentes. Nous pouvons tous voir ce qui se passe en Occident - il y a de nombreux problèmes auxquels leurs systèmes peuvent difficilement faire face. Le développement social en Occident a stagné. La division politique perturbe souvent l’ordre normal. C’est une crise globale. »

Stagnation du développement en Occident

« Premièrement, il est clair que la dynamique de développement interne en Occident est en déclin. Ce n’est pas parce que leur niveau de développement économique et social a atteint son apogée. Il y a encore pas mal de pauvres en Occident, en particulier aux États-Unis. Néanmoins, la nature du capitalisme a sévèrement limité le pays en termes d’investissements de ressources dans des activités économiques qui favorisent le bénéfice pour l’ensemble de la société. En conséquence, les sociétés occidentales ont perdu leur objectif. »

Clivage social entravant la société

« Deuxièmement, la démocratie à l’occidentale a, dans une certaine mesure, conduit au désordre politique. La confrontation entre diverses forces continue de provoquer un grave clivage social qui entrave le fonctionnement normal de la société. De nombreux pays sont confrontés depuis longtemps à des problèmes importants sans être en mesure de trouver une solution. Les énigmes n’ont pas été résolues à maintes reprises. Par exemple, certaines infrastructures des pays occidentaux comme les États-Unis sont obsolètes, mais aucune action réelle n’a été entreprise pour leur renouvellement. »

Tolérance à l’extrémisme et à l’absolutisme

« Troisièmement, les systèmes occidentaux ont toléré l’extrémisme et l’absolutisme dans de nombreux cas, encourageant les gens à trouver des boucs émissaires. La compétitivité des pays occidentaux est en baisse, et la raison principale réside en eux-mêmes. Cependant, ils arrivent à la conclusion absurde que la Chine « a volé leur pain ». Les États-Unis ont subi une grave défaite dans la lutte contre le COVID-19 et reprochent à la Chine de l’avoir provoqué. Il est encore plus choquant qu’une telle mentalité anti-scientifique et anti-sens commun puisse se propager dans les élites politiques américaines. »

Systèmes difficiles à réformer

« Quatrièmement, il est difficile de réformer les systèmes occidentaux. Certains ont essayé mais échoué. Un sentiment de peur et d’impuissance à l’égard de la réforme s’est formé. L’administration actuelle peut ajuster les politiques d’une manière, mais la suivante peut l’abolir et réinventer la roue. Les dirigeants des États-Unis et d’autres pays occidentaux ont placé les intérêts privés de leurs propres partis bien au-dessus des intérêts communs de la société. En conséquence, aucune politique cohérente à long terme ne peut être élaborée et les ressources sont systématiquement gaspillées. »

Arrogance et narcissisme

« Cinquièmement, les pays occidentaux sont arrogants et manquent d’auto-critique. La polarisation politique entre les partis politiques occidentaux a conduit à leur hésitation à rechercher la vérité dans les faits. Leur vision de la démocratie, de la liberté et des droits de l’homme devient de plus en plus extrême. Elle tient à l’autosatisfaction et au déni brutal de gouvernances en dehors de l’Occident. Leur affirmation de soi s’est transformée en un narcissisme extrême. »

Fauteurs de guerres

« Sixièmement, à l’image des États-Unis, les systèmes occidentaux deviennent barbares, ignorant les lois et les règles internationales, se détournant de convaincre les gens par la vertu et adorant uniquement la force. Ils ont intensifié leurs ingérences dans les affaires intérieures d’autres pays et fait preuve de deux poids deux mesures, et ont menacé la paix mondiale. Ces dernières années, les guerres à travers le monde ont essentiellement toutes été lancées par les États-Unis et l’Occident. »

Au service d’une classe sociale

« Septièmement, l’essence de la démocratie à l’occidentale est constamment sous pression. De nombreuses personnes mènent une vie misérable sans pouvoir défendre leurs droits. Pendant ce temps, les étiquettes démocratiques de leurs pays ont en fait protégé et dissimulé un certain nombre de maux. Les règles sont formulées par les couches supérieures de la société. À première vue, l’opinion publique est ouverte, mais les gens ordinaires n’ont pas vraiment le droit de parler et leurs droits sont constamment bafoués.

Ceux-ci peuvent être considérés comme les « sept péchés » des systèmes politiques occidentaux dans la vie réelle. Ils doivent réformer et faire des personnes le centre du système politique au lieu de tout construire autour du capital. »