Actualités

Maurice Gironcel lance un appel au 10e Congrès du PCR

Rapport du secrétaire général du PCR

Témoignages.re / 18 mars 2019

Dans son intervention lors de la conférence extraordinaire du 17 mars, le secrétaire général du PCR a appelé à poursuivre la transition politique en demandant la tenue d’un 10e congrès « dans les plus brefs délais ». Le prochain Comité central fixé au 30 mars aura pour ordre du jour de désigner le comité d’organisation du 10e Congrès.

JPEG - 75.3 ko

Maurice Gironcel rappelle du contexte de cette conférence extraordinaire : élections européennes, visite d’Annick Girardin, ministre des Outre-mer, fin du Grand débat, ce sont des chantiers où le PCR est présent.

Le secrétaire général du PCR rappelle que le 30 janvier dernier, lors du Grand débat à l’Elysée avec les élus d’outre-mer, il a dit au président de la République : les Réunionnais ont un avis, une expertise pour La Réunion. Ils sont capables de décider pour leur avenir à La Réunion dans la République.

« Les remèdes appliqués par les différents gouvernements soulagent peut être mais ne guérissent pas. La crise s’est généralisée dans tous les secteurs. L’intégration a donné tout ce qu’elle pouvait. Dans ce système, pas il n’y a pas de solution durable. Normes décidées à Paris incompatible avec notre situation », poursuit-il, « nous restons dans une économie de comptoir. Des transferts publics sont transformés en profits privés pour les monopoles extérieurs. Nous achetons de l’emploi ailleurs. C’est une situation néocoloniale ».

« Notre vision, c’est la responsabilité »

« Il faut faire franchir à La Réunion une nouvelle étape. Certains parlent d’émancipation, développement endogène, nous disons « plus de responsabilité pour plus d’autonomie ».
D’autres personnalités le disent à leur façon », ajoute Maurice Gironcel.
« Les gilets jaunes sont l’expression d’un système qui ne répond pas aux attentes de la population : vie chère, pauvreté, inégalités. Nous dénonçons cette situation depuis des années, nous alertons sur la nécessité d’un projet de développement durable, global et solidaire. Ces propositions sont écrites dans un document édité par le PCR », précise le dirigeant communiste. « Notre vision, c’est la responsabilité de décider ce qui est bon pour nous ».

« Nous appelons au rassemblement le plus large, sans exclusive. La conférence territoriale élargie peut être un moyen adapté », ajoute-t-il avant de décliner les propositions du PCR pour ce nouveau cadre : « une assemblée délibérante, paritaire, avec un fonds de développement alimenté par les solidarités européenne, nationale et réunionnaise.

Militons pour une autonomie alimentaire, fiscale, énergétique, pour une politique de transports gratuits, pour une politique de bon voisinage. Ceci favorisera la création d’emplois à La Réunion ».

D’où la proposition de « redéfinir nos relations avec l’Europe, avec Paris, notre place dans l’océan Indien ». Cela nécessite de dépasser la loi de 1946, le cadre des RUP dans l’Europe, pour un avenir réunionnais à notre peuple ».

« C’est ce message de responsabilité qui est transmis à la ministre des Outre-mer. Le PCR souhaite qu’elle porte à nouveau ce message au président de la République qui doit venir au mois de juin », conclut à ce sujet Maurice Gironcel.

Une nouvelle dynamique

Cette position de responsabilité doit être présente dans toutes les luttes. D’où le besoin d’un PCR fort, implanté partout, avec des instances solides, et des adhésions en nombre. Il est donc important de s’organiser, d’être uni, novateur et conquérant, dit en substance le secrétaire général du PCR.

Le PCR fondé par Paul Vergès célèbre cette année son 60e anniversaire. Au cours de ces 60 ans, le PCR a remporté de grandes victoires et continue par ses idées et ses combats à marquer l’histoire de La Réunion.

C’est l’occasion de donner une nouvelle dynamique à notre parti, comme à Sainte-Suzanne, en passant le relai. « Je souhaite poursuivre la transition politique. Je crois au partage des responsabilités, au travail en équipe, en la jeunesse », indique Maurice Gironcel qui appelle à la tenue du 10e congrès du PCR « dans les meilleurs délais ». « Ce sera l’occasion d’élire une nouvelle direction et un nouveau secrétaire général. Je reste un militant engagé, qui assumera les responsabilités militantes que lui seront confiées par le 10e Congrès ».

Pour préparer ce congrès, un Comité central extraordinaire se tiendra le 30 mars 2019, avec comme ordre du jour la désignation d’un comité d’organisation du 10e Congrès. Maurice Gironcel appelle la nouvelle génération à s’investir pour la réussite du 10e congrès.

« Travailler avec tous ceux qui respectent le Parti »

Il souligne l’importance de l’élection européenne : « battons nous pour avoir une députée réunionnaise, pour défendre le projet réunionnais sur la liste conduite par Ian Brossat. Un rassemblement toujours plus large émerge autour de la candidature Julie Pontalba. Je demande au camarades de faire la campagne à fond pour faire élire la 3e femme sur la liste PCF. Julie, tout le parti est avec toi pour ensemble remporter la victoire ».

60 ans après la création du PCR, nous devons être au cœur des luttes, aux côtés des planteurs qui ont subi 2018. René Sotaca et Philippe Robert auront l’occasion de défendre leur cause au conseil départemental, collectivité compétente.

Conclusion du rapport du Secrétaire général du PCR : « nous devons être un peuple uni, pour contribuer à bâtir un avenir réunionnais. Nous sommes prêts à travailler avec tous ceux qui respectent le Parti, et veulent faire avancer La Réunion, pour les élections présentes et à venir. Nous construirons le rassemblement sans exclusive. Travailler tous ensemble pour l’intérêt de La Réunion ». Et de citer Paul Vergès : « un communiste sectaire n’est pas un communiste. Même si nous avons la majorité, nous ne prétendons pas diriger seul ».