Actualités

Maurice Gironcel est prêt à endosser la lutte pour le climat

Assemblée Générale Extraordinaire

Témoignages.re / 9 septembre 2019

Lors de l’Assemblée Générale Extraordinaire, du 8 septembre à Sainte-Suzanne, Julie Pontalba a proposé en accord avec le comité central à Maurice Gironcel, ancien secrétaire général du PCR, de prendre en charge la lutte pour le climat au sein du parti.

Ce dernier a accepté cette tâche assurant que « quelque soit la personne désignée, il faut un ou une camarade qui s’occupe de la question environnementale qui est essentielle. Je pense qu’il est nécessaire de créer un outil, capable de porter ce défi à l’échelle de l’île et ailleurs… Cette personne, devra poursuivre les actions déjà engagées dans ce domaine ».

Sensibiliser, informer, lutter

Il s’agira ainsi de « sensibiliser l’opinion, à travers notamment la 3ème édition de la Marche pour le Climat, qui aura lieu le 1er mars 2020, au Bocage à Sainte-Suzanne, tenir des conférences thématiques, rassembler les différents acteurs etc. mais elle doit en plus, être une force de propositions ».

A l’heure actuelle, la question climatique est devenue virale, « des actions se font, des hommes et des femmes se mobilisent, il y a une prise de conscience qui commencent à émerger et qu’il faudra aujourd’hui accompagner ».

Accompagner dans la lutte tous les réunionnais afin de les sensibiliser, informer et rassembler pour que les autorités mettent en œuvre des mesures adaptées au territoire.

« La première étape sera de mettre en œuvre localement les grands principes qui ont été arrêté lors de la COP21 en 2015 à Paris. C’est-à-dire maintenir que le climat soit contenu dans une augmentation de la température comprise entre 2° et 1,5° par rapport à l’ère prés industrielle », a expliqué le Maire de Sainte-Suzanne.

Ce dernier a déploré que « jusqu’à présent, soit bientôt 4 ans après, ni le Gouvernement français ni les autorités réunionnaises ont pris des décisions ». Or «  les événements récents, que ce soit au Bahamas, ou encore les inondations nous prouvent une fois de plus que nous sommes face à une urgence climatique face, à laquelle nous devons agir ».

« Si nou occup pa du climat, le climat va occup de nou »

« Nous ne serons jamais de trop pour s’en occuper et apporter notre contribution dans le cadre de la déclinaison de ces problèmes à la Réunion. Là aussi le Parti n’est pas pris au dépourvu », a assuré le responsable climat du PCR.

Ce dernier a mit en exergue les actions menées par son parti depuis 1975, « avec notre ‘plan de survie’, l’action de Paul auprès de l’ONERC, jusqu’à aujourd’hui, le Parti n’a pas cessé de faire des propositions concrètes ».

Quelques propositions du PCR

La question des déplacements. « Nous ne pouvons plus subir la situation actuelle du ‘tout automobile’. Il n’y a pas d’autres solutions qu’un réseau ferré de Saint Benoit à Saint Joseph ». A cela s’ajoute, le développement d’autre mode de transport, notamment par le biais des déplacements doux, comme le vélo.

Les radiers sont également à éradiquer. « A chaque saison cyclonique, les radiers sont là où nous perdons des vies humaines. Nous devons mettre en place le plan d’éradication des radiers, et des solutions innovantes et écologiques existent ».

L’objectif d’autonomie énergétique. « Nous avons tous les atouts pour y arriver, le solaire, l’éolien, la géothermie, l’énergie des océans, la biomasse etc. C’est une question de volonté politique ».

Pénurie d’eau. « Il existe pourtant des moyens qui permettraient de mieux gérer nos ressources en eau, notamment dans nos communes, où il nous faut une véritable politique de l’eau »

Réparer les canalisations "afin d’éviter les pertes inutiles. Recycler les eaux usées, récupérer l’eau de pluie pour le jardinage ou les tâches domestiques ; construire des petites retenues colinéaires…"

Le traitement des déchets. « Là aussi il y a urgence. Il faut tout mettre en œuvre pour le tarissement des déchets à la source, le tri sélectif systématique dans les petites unités de quartier et la valorisation énergétique ».

Une politique forestière. « La politique forestière passe par la lutte contre les espèces invasives, jardiner la forêt, la protection et la valorisation du label Pitons Cirques Remparts. Il nous faut véritablement ‘jardiner nos forêts’ et mettre en place une filière biomasse pour la production d’énergie ».

Promouvoir et aider l’agriculture raisonnée. « Cela doit nous permettre de valoriser et de développer des cultures traditionnelles nous permettant à terme se passer d’importations. Patate douce, songe, cambar, … ils ont des valeurs nutritives bien plus importantes que le riz blanc que nous importons. Cette agriculture raisonnée devrait nous permettre d’atteindre l’autosuffisance alimentaire ».

Établir une véritable Charte de la biodiversité à La Réunion

Pour Maurice Gironcel « avant de mettre en place l’outil adapté, il est important de définir avec tous les acteurs et toutes les personnes concernées une véritable Charte de la biodiversité pour La Réunion ».

En effet, cet outil qui pourrait prendre la forme d’une association, d’une fondation, ou d’un think tank, doit regrouper toutes les forces afin d’œuvrer durablement pour l’environnement réunionnais.

Ainsi, « le défi est énorme, immense, mais je suis prêt à relever le défi, mais pas tout seul ! Il faut mener ce travail, Ensemb’ Ensemb’, et là je lance un appel à tous les adhérents, sa que lé volontaire vient aider, viens donne la main », a lancé le militant communiste de Sainte-Suzanne.