Actualités

« Menace sur la filière canne à La Réunion : une urgence rappelée »

Communiqué de Julie Pontalba

Julie Pontalba / 19 juin 2019

Candidate PCR aux élections européennes, Julie Pontalba avait milité pour que l’urgence de la menace sur la filière canne soit prise en compte dans les débats. Cette urgence est clairement posée moins d’un mois après le scrutin en raison de l’absence de garantie sur le respect d’un engagement de l’Etat à verser une subvention décisive d’un montant de 28 millions d’euros pour La Réunion, rappelle-t-elle dans un communiqué publié hier :

JPEG - 96.5 ko
Julie Pontalba.

« Lors de la campagne des élections européennes, j’avais organisé mon programme autour des différentes urgences que connaît La Réunion. La menace sur la filière canne à La Réunion en est une. Force est de constater que durant la campagne, ces urgences n’étaient pas au cœur de la campagne ainsi que de son traitement médiatique.

Or hier, une des urgences a été fortement rappelée. En effet, le préfet a déclaré au sujet de l’aide compensatoire à la suppression du quota sucrier : « pas encore d’arbitrage ». La reconduction de cette subvention de 28 millions d’euros pour La Réunion est donc en question. Pourtant, cette question ne doit pas se poser. Car l’État s’est engagé à verser cette aide tous les ans jusqu’en 2021. On ne peut qu’être inquiet quand ses propos viennent d’un représentant de l’État.

Cette information arrive quelques jours après la publication d’une nouvelle de même nature. Tereos a en effet annoncé d’importantes pertes pour le dernier exercice en raison de la baisse du prix du sucre. Tereos est le propriétaire des deux usines sucrières de La Réunion, c’est donc cette société qui définit la stratégie de la filière canne à La Réunion.

Ces données capitales rappellent l’importance de l’urgence de la menace sur un secteur qui emploie 18000 personnes.

Je renouvelle donc mon appel à travailler le plus largement possible autour d’un projet réunionnais qui devra répondre aux urgences que connaissent les Réunionnais.

A Saint-Denis, le 18 juin 2019

Julie Pontalba »