Actualités

« Nos expériences nous aideront à atteindre le socialisme »

Intervention du représentant du Parti communiste indien à la conférence idéologique internationale

Manuel Marchal / 7 novembre 2019

Lors du dernier jour de la conférence idéologique internationale organisée par le PCR dans le cadre de son 60e anniversaire, les invités extérieurs à La Réunion sont intervenus. Après Nelson Tamayo (Parti communiste cubain), Denis Rondepierre (Parti communiste français), Ben Martins (Parti communiste sud-africain) et Eric Rakotomonga (Parti du Congrès pour l’indépendance de Madagascar – AKFM), la parole a été donnée à Dasdaran, responsable de la Commission internationale du Parti communiste indien.

JPEG - 76.1 ko
Dasdaran, représentant du Parti communiste indien.

La Conférence idéologique internationale organisée du 26 au 28 octobre était l’événement phare du 60e anniversaire de la création du Parti communiste réunionnais. C’était l’occasion pour des représentants de partis venus de quatre continents de partager leurs expériences. Le Parti communiste indien a su utilisé ses positions de pouvoir pour améliorer la vie des classes les plus démunies dans plusieurs États de l’Inde. Ce fut le thème principal de l’intervention de Dasdaran, responsable de la Commission internationale du Parti communiste indien.

L’Inde est un pays fédéral, avec des langues issues de groupes différents. Trois langues officielles sont donc reconnues dans chaque État : la langue la plus parlée de l’État, l’anglais et l’hindi. Au total, l’Inde compte donc 22 langues officielles.
Dasdaran indique que le Parti communiste indien a dirigé jusqu’à 3 États : le Bengale occidental, le Kerala et le Tripura. Actuellement, le Parti communiste indien continue de diriger le Kerala, un État du Sud de l’Inde dont sont originaires une bonne partie des ancêtres des Réunionnais.

Dasdaran rappelle tout d’abord que l’Inde est actuellement dirigée par le BJP, « un parti presque fasciste, aile politique du parti raciste RSS ». « L’idéologie du BJP est d’utiliser le pouvoir pour imposer le règne de l’hindouisme, alors que seulement 78 % des Indiens sont hindous. Le BJP fait comme si 22 % des Indiens sont étrangers ou immigrés. Alors que toutes les religions sont présentes en Inde depuis des siècles ».

Réforme agraire

Le Parti communiste indien salue le Parti communiste sud-africain, notamment son ancien leader Nelson Mandela, « qui a su créer une nation arc-en-ciel » en rappelant que « des Indiens sont dans le SACP ». Dasdaran ajoute que c’est en Afrique du Sud que Gandhi s’est rendu compte de l’apartheid et du fait colonial de façon plus approfondie. À la suite de cela, Gandhi est rentré en Inde et a lutté pour l’indépendance. Une lutte impliquant le PC Indien, car « les communistes ont été des résistants, ils ont payé de leur sang la lutte pour l’indépendance ».

Dans trois États de l’Inde, le PCI a été ou est au pouvoir au sein d’un Front de gauche, dont l’objectif est d’être au service du peuple par la protection de la population, dans les limites imposées par la Constitution. Au Bengale occidental « aucun gouvernement n’avait abordé la question des terres agricoles. La réforme agraire fut appliquée, 1,4 million d’agriculteurs se sont enregistrés officiellement ». « La redistribution des terres avait pour but de garantir la croissance et la justice sociale ». La gestion repose sur « un modèle démocratique au niveau du village, cela jette les bases de la participation des masses ». Le Bengale occidental est devenu le premier producteur de riz de l’Inde, les agriculteurs ont connu une augmentation de leur niveau de vie.
Parallèlement, le Front de gauche a promu « la laïcité pour garantir l’harmonie sociale ». 25 % de la population du Bengale occidental est musulmane, et aucun incident inter-religieux n’est à déplorer.
Le Front de gauche fait aussi de la création d’emploi une priorité.

98 % de taux d’alphabétisation

« Nos expériences nous aideront à atteindre le socialisme », précise Dasdaran, qui ajoute que la réforme agraire s’applique aussi au Kerala et au Tripura.
Ainsi, sous l’impulsion des communistes, « plus d’un million d’acres ont été distribués aux paysans sans terre, 500.000 familles ont été attributaires, soit 18 % des terres cultivables de l’Inde. Les intouchables font partie des principaux bénéficiaires ». Dasdaran précise que « plus de 500.000 femmes ont obtenu un titre de propriété ». Tout ceci représente 40 % des terres redistribuées en Inde.

Au Bengale occidental, « cette politique a permis d’augmenter considérablement la production agricole. Le taux de mortalité est devenu le 2e plus faible de l’Inde derrière le Kerala. 70 % de la population est concernée par une aide à l’accès aux soins.
Les résultats sont spectaculaires avec un taux d’alphabétisation de 98 % (NDLR – supérieur à celui de la France et encore nettement plus grand qu’à La Réunion), et la mise en valeur de 98 % des terres irrigables.
Les mêmes politiques ont été appliquées au Kerala et au Tripura.

« Vive le marxisme-léninisme »

« Nous luttons contre le libéralisme, nous sommes marxistes-léninistes », souligne Dasdaran, « nous soutenons la théorie des quatre phénomènes irréversibles présentée par le PCR » : croissance démographique, changement climatique, mondialisation des échanges et révolution technologique.
Et de conclure : « vive le marxisme-léninisme ».

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • 2020 marquera pour les anciennes colonies d’Afrique, Madagascar proche d’ici, le 60° anniversaire de l’indépendance, il y aura j’imagine des commémorations, festivités organisés, qui pourrait nous informer de ce qui est prévu là bas, avec le nouvel président, une occasion historique à ne pas louper, il n’y en aura pas d’autre, et le pays a tant besoin de se développer, tout est àfaire, comme le réseau de chemin de fer, vétuste, alors qu’en Métropôle, du matériel ferroviaire est en train de rouiller, pourrait servir encore, locomotives, voitures, wagons, etc. Regarder sur You Tube, taper : " le dépôt SNCF de Sottevlille les Rouen", édifiant, quel gâchis encore une fois, et tout ça pour rien, alors que ce serait plus intelligent d’offrir tout ça où il faut s’en reservir. Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?