Actualités

Partenariat pour améliorer la situation des plus démunis

Pacte de solidarité territoriale entre le Conseil départemental et la commune de Sainte-Suzanne

Manuel Marchal / 16 août 2018

Mardi, la commune de Sainte-Suzanne et le Conseil départemental ont signé un Pacte de solidarité territoriale. Le Département co-financera à hauteur de 3,35 millions d’euros des investissements et des actions sociales menée par la Mairie et le CCAS. « C’est une aide qui profitera avant tout aux plus fragiles », a souligné le maire Maurice Gironcel. Cette signature a été suivie par l’inauguration du taxi social, destiné à faciliter les démarches des personnes isolées dans les écarts de la commune.

JPEG - 96.6 ko
Michèle Caniguy, conseillère départementale du canton, Alain Armand, vice-président du Département, Cyrille Melchior, président du Département, Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne et Jacqueline Cazeau, présidente du CCAS de Sainte-Suzanne.

Le Pacte de solidarité territoriale est une action initiée par le Conseil départemental. Un budget de 90 millions d’euros a été dégagé pour soutenir les investissements et le fonctionnement des communes sur une période de trois ans. Les 24 municipalités de l’île sont concernées. Celles de Saint-Pierre, Cilaos, Saint-André, Le Port, Bras-Panon, Salazie, Petite Île et Saint-Louis ont déjà signé. Pour le moment, 16 communes ont présenté des projets qui seront financés à hauteur de 55 millions d’euros.
Ce mardi, c’est à Sainte-Suzanne que Cyrille Melchior, président du Conseil départemental, et Maurice Gironcel, maire de la commune, ont signé le Pacte de solidarité territoriale. 2,7 millions d’euros du Département co-financeront des investissements, et 650.000 euros des actions sociales.
Au cours de la conférence de presse précédent la signature, Maurice Gironcel a rappelé que La Réunion est touchée par une situation sociale hors-norme. Face à cette impasse s’impose la nécessité d’un nouveau contrat social, a-t-il dit en substance. « Pour avancer, nous devons nous émanciper davantage », une volonté de plus en plus partagée, a-t-il poursuivi, « et mutualiser les moyens et les compétences ». « Ce pacte prouve par écrit qu’il est possible d’avoir des actions transversales et solidaires », a-t-il ajouté. Il permettra de co-financer une salle culturelle, une salle multiactivité, l’adduction en eau potable et des actions du CCAS comme le taxi social. Et de conclure : « cette aide profitera avant tout aux plus démunis ».

Soutien à la filière-canne

Cyrille Melchior a précisé que ce sont les communes qui doivent proposer au Département une liste d’investissements et d’action, et pas l’inverse. Il a souligné l’esprit d’unité et le dépassement des clivages. Et de rappeler que pour le Département, « sans solidarité pas de cohésion ».
Le président du Département a également salué l’engagement de Maurice Gironcel dans la défense de la filière canne. « Quand des pans entiers de notre économie sont en danger, ce sont des familles et notre patrimoine qui sont en danger ». La cause soutenue par le maire de Sainte-Suzanne sera relayée au plus haut niveau « pour que la filière canne ne soit pas abandonnée ».

M.M.