Actualités

PCR : « Motion à l’attention de Mme Annick Girardin, ministre des Outre-mers »

Conférence extraordinaire du PCR

Parti Communiste Réunionnais / 18 mars 2019

Voici le texte de la motion votée à l’unanimité par la conférence extraordinaire du PCR, réunie ce 17 mars à Sainte-Suzanne.

JPEG - 125.5 ko
Vote unanime pour la résolution de la conférence extraordinaire du PCR.

Madame la Ministre arrive au moment où la période du Grand Débat instauré par le Président de la République est terminé. Elle a eu le temps de prendre connaissance des positions du Parti Communiste Réunionnais lors de la rencontre des Maires d’Outre-mer à Paris le 30 janvier et à travers la note que nous avions remise à son conseiller en préfecture le 27 octobre 2018.

En résumé, la crise structurelle qui perdure depuis plusieurs décennies a atteint l’insupportable. Les mesures conventionnelles, ponctuelles ou catégorielles peuvent toujours apporter un plus mais ne règleront rien durablement.

Au risque de nous répéter, il faut un projet global, cohérent et solidaire, rédiger par les Réunionnais, pour les Réunionnais et mise en œuvre par eux-mêmes. C’est la garantie d’un haut degré de responsabilité.

Nous rappelons que la Conférence Territoriale peut être l’une des options d’accueil de cette initiative. De plus en plus de personnes y font référence. Il faudra bien entendu l’adapter aux circonstances locales particulières et l’ouvrir aux forces vives de la société.

Nous appelons l’Etat et l’Union Européenne à soutenir la réalisation d’un tel projet au profit des travailleurs, des plus fragiles, des planteurs, des chômeurs, des jeunes des femmes.

Nous appelons l’Etat et l’Union Européenne à soutenir la réalisation d’un tel projet, politiquement et financièrement.

Politiquement, par le transfert de nouvelles compétences, en particulier la capacité de discuter avec nos voisins des affaires communes. Financièrement, par la mutualisation des aides publiques dans un fonds d’investissement dévolu à la réussite du projet. Il va de soi que de nouveaux critères de gestion et de contrôle seront nécessaires pour satisfaire aux besoins de la transparence dans les affaires publiques.

Le Parti Communiste Réunionnais appelle au dépassement de la loi du 19 mars 1946 et l’article 349 du Traité de Lisbonne sur les RUP qui déjà ont donné le maximum de leur potentiel mais qui ne sont plus en mesure de répondre aux enjeux actuels auxquels La Réunion est confrontée.

Fait à Sainte Suzanne, le 17 mars 2019



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Après le grand débat ou plutôt le grand déballage , il faut bien entendu que le gouvernement réagissent rapidement pour régler les problèmes les plus urgents qui ont été mis en exergue par les gilets jaunes et tous ceux qui ont soutenu leur mouvement .

    Il ne peut pas pour se protéger , demander aux citoyens de s’exprimer sur les places publiques et ensuite mépriser leur parole en faisant la sourde oreilles face à leur cris de détresse devant les situations les plus urgentes, que ce soit la Réunion ou ailleurs . Devant une telle attitude les citoyens pourraient ne plus retenir leur colère endiguée par le grand débat et la rupture de la digue provoquerait une grande débâcle ou un embâcle totalement incontrôlable .

    Lorsque le peuple ne peut plus s’exprimer sur les places publique il lui reste la possibilité de s’exprimer par les élections et à défaut de trouver une réponse rapide à ses revendications il pourrait montrer sa colère et son indignation dans les urnes lorsque arrivera les temps des élections .

    Le président de la république a certainement pris conscience du risque qu’il a pris en organisant un grand débat auquel il ne donnerait pas la suite qu’il convient dès maintenant . Il pourrait lui aussi connaitre subir plusieurs grandes débâcles lors des prochaines consultations électorales qui se dérouleront avant l’issue de son mandat , car malheureusement pour lui les élections servent aussi sanctionner le pouvoir en place lorsque tout va mal . Cela ne devrait pas être le cas car chaque élection a un objectif bien distinct, mais hélas quand le pouvoir présidentiel devient omnipotent et s’occupe de tout le peuple peut aussi le sanctionner à chaque élection .

    N’oublions pas que le pilier de notre démocratie c’est la séparation des pouvoirs et qu’il faut que chaque pouvoir reste dans sa zone de compétence .Le président de la république qui s’occupe de tout nous ramène à la monarchie constitutionnelle de Louis 16 . Certes ,on ne décapite plus les monarques mais ils peuvent encore perdre leur trône plus tôt que prévu lorsqu’ils méprisent leurs sujets .

    Après le grand débat il pourrait y avoir une grande débâcle pour celui qui a organisé ce grand débat s’il n’en tire pas les conclusions qui s’imposent rapidement ici comme ailleurs .
    .

    Article
    Un message, un commentaire ?