Actualités

Près de 850000 habitants à La Réunion

Bilan du recensement de la population

Témoignages.re / 3 janvier 2017

Avec 842 767 habitants au 1er janvier 2014, La Réunion abrite 1,3 % de la population française. L’île se place au 25e rang des départements français les plus peuplés. Voici le contenu d’une étude de l’INSEE à ce sujet

JPEG - 91.5 ko

Depuis 2009, la population s’est accrue de 26 400 personnes.

Une croissance de la population qui reste supérieure à la moyenne nationale

Entre 2009 et 2014, la population augmente de 0,6 % par an en moyenne, à un rythme supérieur à celui de la France métropolitaine (+ 0,5 %). La croissance de la population a néanmoins ralenti ces dernières années : elle augmentait de 1,5 % par an entre 1999 et 2009 et de 1,9 % par an entre 1990 et 1999.

La croissance démographique réunionnaise se place notamment derrière celle de la Guyane (+ 2,4 % par an) et de la Corse (+ 1,2 %). En revanche, elle est nettement plus dynamique qu’aux Antilles, la Martinique perdant des habitants (– 0,6 % par an), tandis que la population est quasi stable en Guadeloupe (– 0,1 %).

La croissance démographique soutenue par les naissances

À La Réunion, l’augmentation de la population reste portée par le solde naturel. L’excédent des naissances sur les décès fait en effet croître la population de 10 000 habitants par an en moyenne entre 2009 et 2014, soit + 1,2 % par an.

Mais les départs de La Réunion ont été plus nombreux que les arrivées sur la période récente, générant un solde migratoire apparent négatif (– 0,6 % par an) ; il atténue ainsi l’effet de l’accroissement naturel de la population.

Une croissance qui reste soutenue dans l’Est

La croissance démographique reste très soutenue entre 2009 et 2014 dans l’Est (+ 1,3 % par an). C’est particulièrement le cas à La Plaine-des-Palmistes, Bras-Panon et Saint-Benoît. Avec plus de 3 % de hausse par an, La Plaine-des-Palmistes se classe parmi les communes les plus dynamiques de France. La population diminue en revanche entre 2009 et 2014 à Salazie et à Sainte-Rose, des communes plus enclavées.

Bien qu’elle soit moins importante que lors de la décennie 1999–2009 (+ 1,6 % par an), l’augmentation de la population des communes du Sud reste élevée entre 2009 et 2014 : + 0,9 % par an. Le ralentissement est particulièrement marqué aux Avirons, à Saint-Louis, à Saint-Joseph ou au Tampon. Il s’explique par une diminution rapide de la taille des ménages, que ne compense pas toujours l’augmentation du nombre de logements. Par ailleurs, la baisse de la population s’amplifie à Cilaos.

Au Nord et dans l’Ouest, la croissance démographique est très modérée depuis cinq ans : respectivement + 0,2 et + 0,3 % par an. La baisse de la population s’amplifie au Port, où le nombre de logements stagne tandis que la décohabitation se poursuit. La population se stabilise à Saint-Denis et à Sainte-Suzanne. La croissance démographique est en revanche dynamique à Saint-Leu (+ 1,9 %), Sainte-Marie (+ 1,7 %) et La Possession (+ 1,4 %). Elle décélère néanmoins à La Possession par rapport à la période précédente où elle était de + 3,3 % par an ; à l’opposé, la croissance démographique accélère à Sainte Marie (+ 1,7 % par an après + 1,3 %), en lien avec les nombreuses constructions de logements neufs.