Actualités

Propositions du PCR pour le co-développement régional

9e Congrès du PCR – 5 février 2017 à Sainte-Suzanne

Philippe Yee-Chong-Tchi-Kan / 24 janvier 2017

Dans notre monde où les échanges mondialisés sont facilitées par les évolutions technologiques, (notamment celles des télécommunications), où les productions agricoles –voire industrielles– sont soumises aux aléas des conséquences des changements climatiques (notamment les vents violents et les inondations de plus en plus intenses), mais où, malgré tout, les besoins de consommations sont de plus en plus importants à cause de la croissance démographique, aucun pays ne peut se suffire à lui-même.

JPEG - 69.2 ko
Le co-développement, c’est notamment renforcer les liens avec Madagascar, dans le respect réciproque.

Dans ces conditions, se soumettre aveuglément à un système d’échanges compétitifs et une économie concurrentielle mondialisée –le système capitaliste promu par les puissances d’argent– conduira immanquablement à des conflits.

L’épisode des tomates importées de Madagascar en avril 2013 est une illustration qu’il faut des rapports sains et équilibrés entre voisins.

Le Parti Communiste Réunionnais a déjà exprimé, à maintes reprises, ses propositions pour conjuguer développement et solidarité entre les peuples des îles de l’Océan Indien. Le co-développement régional est encore évoqué sous deux chapitres au sein du projet de thèse “Rassembler les forces vives de La Réunion pour la responsabilité et le développement durable et solidaire du pays”, qui sera débattu à son IXe congrès, le 5 février 2017 à Sainte-Suzanne (cf. encadré).

La double intégration (géographique, dans l’Océan Indien, et institutionnelle, dans la République Française et l’Union Européenne) de La Réunion implique que les Réunionnais disposent de compétences élargies pour passer des accords équilibrés avec les peuples des pays voisins, et, ainsi, préserver leurs productions réciproques.

Pour les communistes réunionnais, la recherche exclusive de plus en plus de profits, quoi qu’il en coûte aux hommes, aux femmes et à la planète elle-même, doit être dépassée au profit d’un modèle de société qui privilégie la fraternité entre les peuples et la responsabilité devant les générations futures.


Dans le projet de thèse du Congrès

Le Co-développement régional est évoqué deux fois dans le projet de thèse “Responsabilité” du IXe Congrès du PCR :

“chapitre 6” : Sur le co-développement régional solidaire :

La Réunion doit s’insérer dans son espace géographique en plein bouleversement :

Sur le plan démographique : par exemple, dans 20 ans, Madagascar comptera 50 millions d’habitants) ;

Sur le plan économique : organisation de grands marchés économiques, présence des grandes puissances émergentes…).

Il est donc vital pour notre pays de disposer de compétences élargies pour pouvoir passer avec ces pays des accords de coopération et de co-développement solidaire dans les domaines aussi divers que la santé, la sécurité alimentaire, l’éducation (l’Université Francophone de l’Océan Indien), la recherche, les énergies renouvelables et la lutte contre les effets du réchauffement climatique, etc. Dans beaucoup de ces domaines, La Réunion pourrait échanger ses atouts avec ceux des pays voisins.

“chapitre 2” : Sur l’économie  :

Préservation de la production péi face aux APE, clause de sauvegarde et moratoire (présence de La Réunion du côté français dans la délégation de l’Union Européenne qui négocie les APE).



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • C’est très bien tout ça, il y a du pain sur la planche des décideurs, il est absolument logique de travailler ensemble avec nos voisins, partenaires d’un développement intélligent, élus pour ça, avec notre confiance. Je me demande toujours pourquoi on oublie, (volontairement ou pas, allons savoir, à moins que l’on considère que c’est utopique, trop tôt ? (Il n’est jamais trop tard pour bien faire, il ne faut jamais l’oublier, mais oser est je trouve une preuve de courage, de réaction sans être réactionnaire, bien au contraire) de penser aux transports, mettre en chantier des réseaux ferrés électriques donc propre, en utilisant de l’énergie électrique propre, issue du vent, de la houle, du soleil, du volcan comme ici à la Réunion ?

    La France est une championne dans le rail, elle serait tout à fait capable de fournir le matériel roulant pour nous et nos voisins. Electrique, un moteur est beaucoup plus rentable qu’un autre thermique, même avec un turbo, ou un système HDI. Vérifiez.

    Nous pouvons devenir une vitrine régionale d’un emploi propre de l’énergie pour le bonheur tous au lieu de quelques uns actuellement avec tous ces véhicules qui fument, emboucannent l’air que nous respirons chargé de micro particules cancérigènes issues du diésel brulé, même là encore avec turbo, HDI etc.
    Arthur qui s’inquiète devant ce constat.

    Article
    Un message, un commentaire ?