Actualités

Quand l’autonomie se diffuse dans l’opinion

Le concept fondateur des luttes du PCR de plus en plus partagé.

Manuel Marchal / 25 octobre 2016

Cinq jours après un article de Témoignages appelé « La décision prise en 1959 par les communistes ouvre de nouveaux horizons pour les luttes », le Quotidien a publié un dossier intitulé : « L’autonomie, une solution d’avenir ». Il met en exergue des propositions pour réduire la dépendance de notre île dans les domaines de l’énergie, de l’alimentation ou du numérique. Ce foisonnement d’idées est exposé sur la place publique, au grand dam des adversaires historiques de l’Autonomie et du PCR.

JPEG - 75 ko
L’utilisation des énergies renouvelables réduit la dépendance de La Réunion à l’extérieur.

Le 17 octobre dernier, Témoignages a publié un article intitulé « La décision prise en 1959 par les communistes ouvre de nouveaux horizons pour les luttes ». Ce texte soulignait que le mot d’ordre d’autonomie, formulé par les communistes lors de la création du PCR, avait désormais imprégné la société réunionnaise. En effet, des termes utilisés par des responsables politiques et des articles de presse mettant en avant cette idée de rupture n’ont suscité aucune opposition. Témoignages rappelait que le 12 octobre, le PCR avait lancé un appel à bâtir un front réunionnais pour que toutes les personnes de bonnes volonté puissent débattre et proposer un projet réunionnais au gouvernement.

Un discours surprenant

Le même jour, Rodrigues célébrait le 14e anniversaire de son autonomie. Le président de la Région était sur place et a salué la décision historique de nos voisins. Vérité chez le voisin mais contradiction à la maison Réunion. Ici, Didier Robert a pris des décisions qui renforcent justement la dépendance de La Réunion vis-à-vis de l’extérieur avec l’arrêt du tram-train et l’abandon du projet d’autonomie énergétique en raison notamment du lancement du chantier de la route en mer qui fait la part belle aux importations de carburants et d’automobiles. Parallèlement à cela, la suppression de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise enlève à notre pays la capacité de renforcer sa cohésion, dans la perspective d’un 21e siècle qui doit voir La Réunion s’intégrer dans son environnement régional. C’est pourquoi la conclusion de notre article soulignait que l’essentiel se situait désormais dans le contenu de cette autonomie.

« L’autonomie, une solution d’avenir »

Le 22 octobre, le Quotidien a publié à son tour un article sur le sujet, avec un titre clair : « L’autonomie, une solution d’avenir ». Notre confrère revient sur plusieurs initiatives dans les domaines de l’énergie, de l’alimentation ou du numérique qui visent à rendre La Réunion moins dépendante d’un modèle importé de consommation à outrance. Tout juste si on se rappelle que nous étions auto-suffisant en électricité dans les années 60-70 et que la balance commerciale était quasiment en équilibre au début de la départementalisation. Le commerce de voisinage était développé.

C’est une nouvelle illustration qui marque la fin d’une époque, celle de l’application au compte-goutte des avancées inscrites dans la loi du 19 mars 1946 et qui devaient entrer en vigueur dès le 1er janvier 1947. En inscrivant dans ce texte les dernières mesures sociales qui n’étaient pas encore alignées sur le droit commun français, ce gouvernement a en effet réduit à zéro la marge de manœuvre de ses poursuivants dans ce domaine. Désormais, ils ne pourront plus compter sur la promesse de l’égalité pour espérer calmer le mouvement social. Ils sont donc condamnés à innover.

Aussi il n’est guère étonnant de noter que les solutions alternatives sont puisées dans le concept d’autonomie formulé par les communistes dès 1959. C’est en effet la seule base de réflexion de ce type dont dispose les Réunionnais. L’état de l’opinion évolue, et les idées du PCR ont réussi à l’imprégner. Cela est vrai depuis longtemps dans le domaine culturel, comme le rappelle Témoignages d’hier au sujet de la Semaine créole. Cela se vérifie désormais dans le domaine politique, avec la fin de la chape de plomb qui pesait sur l’autonomie.

M.M.