Actualités

Que s’est-il passé le 19 mars 1959 à Saint-Denis ?

Initiative de la section communiste de Saint-Denis

Témoignages.re / 16 mars 2019

Ce vendredi soir à Sainte-Clotilde, à l’initiative de la Section communiste de Saint-Denis, une évocation des événements du 19 mars 1959 qui virent l’assassinat d’Eliard Laude.



JPEG - 109.5 ko

Serge Folio ouvrit la cérémonie par un rappel des faits.

JPEG - 83.7 ko

Georges Gauvin intervint en tant que témoin des événements. Il rappela l’expulsion des mandataires communistes du bureau de Bois de Nèfles, les coups de feu visant les communistes sur le chemin de Sainte-Clotilde et les affrontements près de l’église de Sainte-Clotilde ainsi que le meurtre d’Eliard Laude. Avec l’implication des gendarmes soutenant les fraudeurs, c’était la guerre civile.

JPEG - 96.2 ko

Camille Dieudonné se souvient des affrontements près de la mairie. Les fraudeurs soutenus par les gendarmes voulaient empêcher à tout prix la population d’assister aux opérations électorales. Les gendarmes ont violemment chargé la foule pour la repousser dans la ville. Paul Vergès fut la cible des coups de matraque, assommé et laissé pour mort.

JPEG - 94.5 ko

Ary Yée Chong Tchi Kan rappela que cet événement eut lieu deux mois avant la création du PCR. Le congrès fondateur du Parti communiste réunionnais était forcément imprégné par ces faits. Il fit ensuite la lecture de quelques extraits de la plaidoierie de Jacques Vergès, avocat de la partie civile lors du procès de l’assassin d’Eliard Laude. Il démontra la préméditation de l’acte, et également la nécessité de faire comparaître tous les complices, en particulier Gabriel Macé qui avait été trahi par sa correspondance avec l’assassin.

JPEG - 80.7 ko

Paul Dennemont : tous les ans, les communistes de Saint-André rendent hommage à une autre victime de la répression. Il s’agit d’Edouard Savigny, tué en 1969 devant la mairie de Saint-André parce qu’il avait prêté sa cour à l’organisation d’un meeting de Paul Vergès.

JPEG - 76.3 ko

Christian Balou : parce qu’il était communiste, il était interdit de séjour à Saint-André au moment de cette époque de répression.

JPEG - 79.1 ko

Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, a rappelé la tenue dimanche à Sainte-Suzanne d’une conférence extraordinaire du PCR. Il a souligné l’importance pour les communistes d’écrire l’histoire de leur Parti qui fête ses 60 ans, et de se préparer à faire la même chose pour les 60 prochaines années.