Actualités

Raoul Lucas : le rôle de la Ligue des droits de l’Homme, du PCR et de Témoignages dans la construction du savoir

Gala des 60 ans du Parti communiste réunionnais

Manuel Marchal / 6 juillet 2019

Professeur à l’Université et socio-historien de l’éducation, Raoul Lucas a retracé l’importance d’une école parallèle dans les premières décennies de la départementalisation, celle du savoir militant, au sein de laquelle la Ligue des droits de l’Homme, le PCR et Témoignages ont joué un grand rôle.

JPEG - 67.1 ko

Raoul Lucas rappela tout d’abord que la colonisation était le règne de l’arbitraire. Il n’existait alors qu’un seul lycée, lycée de caste, produisant en moyenne 10 bacheliers par an. Pour accéder au lycée, il fallait alors être bien né.
Le système entretenait donc la pénurie dans l’accès au savoir, limitant le niveau de formation de la classe populaire au Brevet élémentaire. « Où apprendre à lutter pour changer ? Une instance va alors jouer un rôle considérable : la Ligue des droits de l’homme. Elle va former tous les cadres de La Réunion d’après la colonie ». Ils vont prendre la direction des syndicats, et fournir l’encadrement qui va prendre les mairies et permettre l’élection des députés réunionnais du CRADS.

Quand ces cadres formés à la Ligue des droits de l’homme arrivent aux responsabilités, la clé est pour eux l’instruction. Ils vont organiser des centres de formation pas soutenus par le pouvoir.
Raymond Mondon proposa de former des jeunes ayant un brevet élémentaire pour être instituteur. « Beaucoup sont passés par Témoignages car ce savoir militant s’est organisé autour de Témoignages et d’autres structures ».
Boris Gamaleya et Daniel Lallemand étaient alors très impliqués dans ce processus qui vit notamment la création de la revue Arguments.
« Le savoir militant est souvent en avance sur la savoir académique » souligna Raoul Lucas.

Dans le même temps, le PCR va mettre en place un système de bourse permettant à des Réunionnais d’aller se former dans les pays de l’Est, notamment l’URSS surtout. Sans cette bourse, ces personnes n’auraient pas pu poursuivre leurs études. Les trois quarts d’entre eux se situaient dans la région comprise entre Saint-Paul à Saint-Joseph. Raoul Lucas cita l’exemple d’Yvrin Sinimalé qui fit sa formation d’imprimeur en RDA, avant de revenir mettre en application ses connaissances à La Réunion.

M.M.