Actualités

Référendum en Nouvelle-Calédonie : « l’Etat n’est plus impartial » affirme le FLNKS

Le FLNKS met en garde l’Etat français, partenaire de l’Accord de Nouméa

Témoignages.re / 28 août 2020

Le Bureau politique du Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste tire les enseignements du déroulement de la campagne du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie organisé le 4 octobre prochain. Le FLNKS met en garde l’État français qu’il accuse d’avoir pris fait et cause pour les partisans du statu-quo : « Nous citons à titre d’exemple l’utilisation des couleurs du drapeau tricolore alors même que le Congrès de la NC s’est positionné contre. Par ce manquement, l’Etat s’affiche ouvertement comme un allié de ceux qui prônent le Non ! ». D’où un « risque d’instabilité ». Voici le texte du communiqué du Bureau politique du FLNKS daté du 27 août 2020.

JPEG - 114 ko

Le FLNKS prend acte de la communication de l’Etat sur les implications du Oui et du Non de la consultation du 4 octobre 2020. En cela, l’Etat nous fait croire que sont respectés les engagements pris au XIXe comité des signataires d’octobre 2019 qui indique que : « … L’Etat produira un document didactique à l’attention des électeurs visant à expliciter les implications du « oui » et du « non ». Les forces politiques calédoniennes seront associées dans le cadre de réunion bilatérales et plénières, et à l’élaboration du document. ».

Cependant nous constatons que ce document est tout simplement un « réchauffé » du courrier d’Edouard Philippe d’octobre 2018 sur « les implications de la consultation du 4 novembre 2018 », remis au goût du jour. Par conséquent, nous dénonçons le non-respect de la parole donnée, d’autant plus que des travaux ont été entrepris depuis le début de l’année entre les groupes politiques constitués au Congrès et le Haut-Commissariat de la NC. Les Calédoniens auraient mérité mieux !

Par ailleurs, le FLNKS constate qu’à l’approche de cette 2e consultation référendaire que l’Etat n’est plus impartial et ne respecte plus l’esprit de l’Accord de Nouméa. Nous citons à titre d’exemple l’utilisation des couleurs du drapeau tricolore alors même que le Congrès de la NC s’est positionné contre. Par ce manquement, l’Etat s’affiche ouvertement comme un allié de ceux qui prônent le Non !

Le FLNKS met en garde l’Etat français, partenaire de l’Accord de Nouméa : à force de renier sa parole et ses engagements, cela pourrait engendrer des risques d’instabilité dans le déroulement de ce 2e scrutin, alors même que la 1ere consultation s’était passée dans de bonnes conditions.

Pour l’animation du Bureau Politique du FLNKS
Aloïsio Sako



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • En 1988, il y avait eu un référenduma national, le 1° pour ce territoire, suite aux "évènements de la grotte d’Ouvéa, dans les îles Loyauté. Bien peu de participation, car les citoyens ne se sentaient pas concernés voire ignorants de l’existence même de ce TOM où pas mal de réunionnais entre autres sont venus s’installer (pour l’anecdote, certains sont venus avec des plants de flamboyants, de mangues, de letchis, sans oublier la canne à sucre et le café, espèces végétales inconnues jusqu’alors). On ne comprend pas, même en lisant le contenu des accords de Nouméa, sur internet, pourquoi il y a autant de référendums, toujours la même question, le fameux "oui" ou "non", comme si on voulait en être vraiment certain, en mesurant ce que l’on gagnerait ou perdrait en choissant une des deux propositions. On n’oubliera pas de communiquer sur les votes "blancs" ou "nuls" ou l’absentation. Quoi qu’il en soit, pour ma part, si le "oui" l’emporte, j’espère que cette nouvelle en réjouira certains et qu’il n’y aura pas d’affrontements, que le résultat sera respecté. Là bas, on utilise souvent les expressions "destin commun" et "le vivre ensemble", tous unis sur le caillou, l’autre nom du territoire calédonien, un archipel aux ressources minières riches en nickel, cobalt, chrome, un peu de charbon et même d’or si on en croit les recherches du BRGM. On appelle cela un "scandale géologique", tout est là pour y être heureux, en bonne intelligence, d’ailleur, le tau de chômage y est bien plus faible qu’à la Réunion, très bas, même chez les jeunes, on manque de main d’oeuvre là bas et un réunionnais qui désire en 2020 s’y installer ne sera finalement pas trop dépaysé, surtout s’il croise d’autres réunionnais déjà là bas que l’on nomme les "bourbonnais", c’est certain. Arthur qui vous souhaite à zot tout, un bon WE.

    Article
    Un message, un commentaire ?