Actualités

Réunion de crise-COVID : des annonces du ministre à préciser

Maires, parlementaires, et présidents de collectivités ont rencontré Sébastien Lecornu au Département

Manuel Marchal / 18 août 2020

Après le déjeuner républicain, Sébastien Lecornu avait rendez-vous avec les maires de La Réunion hier au Conseil départemental. Lors d’une réunion de crise à laquelle participaient également les présidents du Département et de la Région ainsi que les parlementaires, le ministre des Outre-mer a indiqué que l’État allait mobiliser entre 60 et 100 millions pour compenser les pertes de recettes fiscales des collectivités liées à la crise-COVID. Pas d’autre précision pour le moment.

JPEG - 103.1 ko

Comme la plupart du temps, les visites ministérielles ou présidentielles sont le moment d’annonces. Celle de Sébastien Lecornu n’y a pas dérogé. Hier, une réunion de crise-COVID s’est tenue à huis-clos au Conseil départemental. Etaient invités les maires, les parlementaires et les présidents de collectivités.

Pour les collectivités de notre île, la crise sanitaire et économique causée par le coronavirus a des répercussions sur les recettes. A La Réunion, une part importante du budget de la Région vient de la taxe sur la consommation des carburants, tandis que l’octroi de mer constitue une autre source d’argent pour les collectivités. Ce sont deux impôts indirects qui dépendent de la consommation. Cette dernière a baissé en raison de la crise.

L’Association des maires de La Réunion estime la perte cumulée à plusieurs dizaines de millions d’euros. En réponse, le ministre a indiqué que Paris allait mobiliser entre 60 et 100 millions pour les collectivités réunionnaises. Il a également dit que la France avait mobilisé 1,5 milliard d’euros depuis le début de la crise. Reste à savoir sous quelle forme cette somme a été dépensée : aides, caution de prêt, exemption de cotisations pour la Sécurité sociale… ?

Plutôt un rattrapage

Le ministre a aussi affirmé que la dotation globale de fonctionnement était en augmentation tous les ans, tout en se souvenant que lorsqu’il a été élu d’une collectivité en 2014, Sébastien Lecornu a dû faire face au gel de ces dotations.
Rappelons qu’en 2008, la crise des subprimes a été le prétexte pour le gouvernement français d’un plan d’austérité. L’alternance en 2012 en France n’a pas changé cette orientation.

En conséquence, les dotations globales de fonctionnement versées aux communes de notre île ont baissé. C’est pourquoi l’annonce du ministre est plus un rattrapage d’une perte de recette imposée par l’État aux collectivités.

La réunion d’hier a aussi permis de mettre en évidence la crise sociale à La Réunion, et le besoin d’un accompagnement plus fort des pouvoirs publics dans la lutte contre le chômage. Sur le point des emplois aidés, le ministre n’a pas voulu donner plus de précisions, réservant la primeur de l’annonce au Premier ministre Jean Castex qui devra s’exprimer sur ce sujet.

M.M.