Actualités

RSA : l’État doit assumer ses responsabilités

Paris doit plus d’un milliard d’euros aux collectivités réunionnaises

Manuel Marchal / 22 décembre 2018

Ce 21 décembre, la séance plénière du conseil départemental a été marquée par l’adoption à l’unanimité d’une motion relative au RSA. Le Département demande à l’État de reprendre la gestion de cette allocation, car le pouvoir central n’a toujours pas compensé financièrement le transfert de cette compétence à la collectivité.

JPEG - 143.6 ko
Cyrille Melchior a rappelé le montant de la dette de l’Etat.

Hier au Conseil départemental, il a été question du RSA. Depuis l’acte 2 de la décentralisation, la gestion de ce qui était alors le RMI a été transféré aux Départements, ainsi que la responsabilité du paiement d’autres prestations, comme l’AAH.

Alors que l’État s’était engagé à compenser à l’euro près le coût financier de ces nouvelles compétences, cela n’a pas été le cas. La dette de l’État envers le Conseil départemental de La Réunion dépasse maintenant le milliard d’euros.

En France, d’autres collectivités confrontées au même problème ont décidé d’agir pour que l’État tienne sa parole. Une des revendications est d’exiger de l’État qu’il reprenne la gestion du RSA. La non-compensation de cette charge financière pèse en effet sur les finances des collectivités. C’est d’autant plus le cas à La Réunion, où la situation sociale « hors norme » contraint une part importante de la population à survivre avec le RSA, tandis que l’état de pauvreté a pour effet une réduction des recettes fiscales. Pour ne rien arranger, les restrictions financières imposées par l’État aux collectivités s’appliquent à La Réunion. Lors de son intervention, Cyrille Melchior, président du Département, a souligné que le montant des dotations de l’État aux collectivités de notre île est passé de 662 millions d’euros en 2013 à 500 millions d’euros en 2017, soit une baisse de 15 %.

D’où un appel à retrouver l’esprit du Conseil national de la résistance, qui a abouti à la création de la Sécurité sociale. Il s’agit de créer les conditions pour qu’un Réunionnais ait les mêmes droits qu’un citoyen de Paris. La demande de recentralisation du RSA permettra de déployer plus de politiques de prévention, d’insertion, a précisé Cyrille Melchior.

M.M.