Actualités

Samira Benhamida et Philippe Berne engagés pour l’avenir du Tampon

Elections départementales

Manuel Marchal / 10 mai 2021

Vendredi au Tampon, Samira Benhamida et Philippe Berne ont présenté leur candidature aux élections départementales dans le canton 24 du Tampon. Ils ont pour remplaçants Isabelle Musso et Jean-Pierrot Payet.

JPEG - 57.6 ko

Vendredi au Tampon, les candidats soutenus par le PCR dans le canton 24 ont rencontré la presse. L’équipe se compose de Philippe Berne et Samira Benhamida, candidats, et d’Isabelle Musso et Jean-Pierrot Payet, remplaçants.
Samira Benhamida est hypnostéopathe. Elle présente plusieurs propositions relatives à l’action sociale, compétence de base du Conseil départemental. Parmi elles figure une formation obligatoire des familles d’accueil avant l’arrivée du premier enfant confié par les services sociaux.
Samira Benhamida souhaite également que des familles accueillantes non professionnelles puissent également accueillir des enfants sous la responsabilité des services sociaux durant des périodes courtes de 7 jours maximum, principalement pendant les vacances scolaires. Les familles motivées par ce geste de solidarité devront préalablement solliciter une expertise psychologique et administrative. Cet acte de générosité et de solidarité permettra à la famille d’offrir des vacances à cet enfant qui connaîtra ainsi une autre famille, et les enfants de la famille accueillante pourront également faire connaissance de camarades issus d’un autre milieu social. Enfin, une telle mesure permettra aux familles d’accueil de bénéficier d’un répit afin d’avoir des vacances.
Samira Benhamida constate également que beaucoup d’étudiants poursuivent leurs études en France, faute de formation dans le domaine des professions de santé. « Il nous manque des orthoptistes, orthophonistes, pédiatres et gynécologue de ville », souligne-t-elle. En conséquence, il faut attendre pendant des mois pour une consultation.
Elle propose aussi de communiquer toujours plus sur les violences intrafamiliales et les incestes. Elle souligne l’importance d’amener l’information par des professionnels, de montrer l’importance de respecter le corps. Elle préconise aussi de renforcer la sécurité dans les collèges par l’embauche de nouveaux personnels, au moins un par établissement.

Créole sur Google Translate

Dans le domaine culturel, Samira Benhamida propose qu’en lien avec l’université de La Réunion, le créole réunionnais soit une des langues de Google translate. Cette proposition ne manque pas d’intérêt. N’oublions pas qu’une Réunionnaise, Nadia Payet, est responsable de Google Maps au sein de ce géant du numérique.
Enfin, Samira Benhamida insiste sur l’importance de mieux accompagner les créateurs d’entreprise. En effet, les nouvelles sociétés sont exonérées de cotisations sociales durant les deux premières années. Au troisième exercice, les entreprises doivent se remettre à jour sur ce plan, et quand la somme demandée dépasse la capacité financière, alors la société ferme. Face à ce problème récurrent, Samira Benhamida propose de faire de cette échéance une priorité à anticiper, d’où l’idée d’un accompagnement spécifique pour que le premier paiement des cotisations sociales ne signifie pas la fin d’une entreprise.

Un Office des routes et des transports

Ancien vice-président de la Région délégué à l’aménagement, Philippe Berne présente plusieurs propositions relevant de ce secteur. Il s’agit notamment de la création d’un Office des routes et des transports regroupant la Région, le Département et les communes. Pour Le Tampon, cet office des routes permettrait d’obtenir rapidement des fonds pour l’amélioration des Transports en commun
et d’achever les projets routiers urgents avec des pistes cyclables : élargissement de la Route des Flamboyants, poursuite de cette route vers Dassy, prolongement de la rue Général De Gaulle vers Bras de Pontho et réalisation de la Rocade.
Dans le domaine de l’environnement, le candidats proposent de participer à la réalisation d’une centrale géo-thermique implantée en dehors des zones protégées du parc national dont la réalisation a été abandonnée en 2010.

M.M.