Actualités

« Tamponnais(es) aux commandes » présente son programme

Municipales : une liste soutenue par le PCR au Tampon

Témoignages.re / 30 novembre 2019

La liste « Tamponnais(es) aux commandes », soutenue par le PCR, la France insoumise et un rassemblement composé d’écologistes, d’anciens socialistes, de syndicalistes, d’associatifs, de jeunes, de retraités, de chômeurs, d’ouvriers, d’agriculteurs, a présenté hier son programme. La liste est conduite par Virginie Grondin (LFI).

JPEG - 36.6 ko
Photos des orateurs. De g à d Julie Acquier. Guillou, Éric Du roux, Virginie Grondin, Philippe Berne, Max Banon.

Hier au Tampon, la liste « Tamponnais(es) aux commandes », conduite par Virginie Grondin, a présenté son programme. La liste est soutenue par le PCR, la France insoumise et un collectif de citoyens.
« Au départ, à l’initiative des militants France Insoumise du Tampon, nous avons lancé un appel à toutes les bonnes volontés pour réussir à imposer une idée différente de l’action politique et de la représentation populaire, d’où le nom de notre liste : LES TAMPONNAIS AUX COMMANDES », déclare la tête de liste. « Nous avons fait le pari d’une liste à majorité citoyenne pour mobiliser le Tampon. Nous avons voulu une équipe réellement représentative de la diversité de la population. Des militants France Insoumise, mais pas uniquement : des communistes, des écologistes, d’anciens socialistes, des syndicalistes, des activistes, des associatifs, des jeunes, des retraités, des chômeurs, des ouvriers, des agriculteurs, des indépendants… avec en commun aussi notre opposition au gouvernement de Macron et ses réformes catastrophiques pour les plus fragiles et en commun surtout de vivre au Tampon et d’aimer notre ville. Avec aussi l’idée que les mieux à même de trouver des solutions à leurs problèmes sont les habitants eux-mêmes ! »
Elle s’articule autour de 5 axes. Le premier porte sur un approfondissement de la démocratie, pour « confier directement le pouvoir aux citoyens », explique Eric Ducroux de RE 974. Tout d’abord, « en permettant l’organisation de référendums à l’initiative d’une partie des électeurs pour que la décision revienne au peuple sur divers sujets de premier plan (révocation d’élus, proposition d’un grand projet pour la commune, utilisation du budget municipal,…) », puis « en retrouvant plus d’autonomie face à l’intercommunalité ». « Nous voulons allouer « à chaque quartier un budget intégralement géré par ses résidents pour la réalisation de projets locaux », poursuit Eric Ducroux, qui détaille aussi une mesure de transparence de la politique municipale, « grâce à l’enregistrement vidéo des séances du conseil et la mise en accès libre sur le site internet de la commune ».

Importance de l’environnement

Philippe Berne, PCR, a présenté la seconde partie du projet, qui porte sur l’urgence environnementale et climatique. Cela passe notamment par l’augmentation de la part des énergies renouvelables, avec la géothermie : « relance des forages d’exploration sur le site localisé par les experts (2010) et localisation de la centrale en dehors du cœur du Parc national. Autres propositions dans ce domaine : subventionner la climatisation par puits canadiens couplée à des pompes à chaleur dans les hauts, et mettre en place une filière bois énergie à partir des acacias, pour chauffer l’hiver les bâtiments publics et privés, et fournir de l’électricité à partir de petites centrales à bois dans les hauts de la commune.
Pour aller vers une diminution de l’énergie consommée, Philippe Berne évoque des aides aux constructions HQE publiques et privées et l’isolation thermique des anciens bâtiments. Pour les transports, générateurs d’une importante pollution, il s’agit d’aller vers la gratuité des transports en commun et en repensant le réseau routier pour diminuer les embouteillages, cause d’émission de CO2. L’autre point est l’aménagement, en améliorant la circulation sur la ligne des 400 : suppression des radiers avec une prolongation vers Dassy, amélioration de la voirie qui dessert la zone d’activités de 3 Mares, prolongation de la rue Général de Gaulle vers 3 Mares et Bras de Pontho, modification du plan de circulation au centre ville.
L’adaptation au changement climatique est également important, car les experts prévoient des cyclones plus violents. Cela nécessitera la réalisation d’une cartographie très précise de l’écoulement des eaux afin d’endiguer de façon efficace les ravines pour protéger les zones construites ou à construire. Un plan de suppression des radiers est également prévu.
Enfin, pour anticiper des périodes de sécheresse très importantes : la commune devra financer la récupération de l’eau et son stockage par les particuliers et la collectivité.

Lutte contre la pauvreté et les discriminations

Julie Acquier (FI) a développé une autre partie du programme, pour « faire du Tampon une commune où il fait bon vivre ». Tout d’abord, en attribuant des logements de manière transparente. L’école est un pilier du projet. Julie Acquier décline plusieurs propositions : « financer des écoles où il fait bon apprendre avec une ATSEM par classe en maternelle à plein temps », « développer partout les activités périscolaires et en aidant nos étudiants », « faciliter l’accès aux soins et encourager la prévention ». Une attention particulière pour les aînés, en créant les conditions du « bien vieillir ».
Enfin, la liste conduite par Virginie Grondin plaide pour une véritable police municipale de proximité.
Julie Acquier évoque également la partie « emploi » du programme afin que la ville soit « active et créative » : « en faisant de la commune un employeur exemplaire, en incitant les entreprises à venir s’installer, en priorisant leurs appels d’offre » et en « soutenant les circuits courts d’approvisionnement (AMAPs, producteurs locaux…) »
Enfin, Max Banon, syndicaliste à la CGTR, a décrit les mesures sociales proposées pour « garantir la solidarité », notamment en actualisant le plan de lutte contre la pauvreté, en interdisant les coupures d’eau et d’électricité, les expulsions en cas d’impayés, en coopérant avec le Crous pour construire des logements étudiants aux loyers abordables, en luttant contre toutes les formes de discriminations, en soutenant les victimes de violences conjugales ou sexuelles, en garantissant l’accessibilité à tous dans les lieux publics et en luttant contre la casse sociale de ce gouvernement.
Et Virginie Grondin de conclure : « ceux qui nous rejoignent, ont choisi le camp de l’intérêt général contre les intérêts particuliers. Notre action citoyenne de lutte contre l’abstentionnisme rejoint celle des gilets jaunes et leur volonté d’élus intègres ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Transports publics enfon gratuits comme la train, le bus, le tramway, les téléphériques, cela va faire diminuer la pollution dont tout les monde ou presque de moque, puis, créér des emplois durables, dignes, et dulien social. Combien de personnes gramounes ou pas ne peuvent plus sortir, pour rendre visite à leur famille, aller à la plage, aux administrations, au restaurant, au cinéma de manière gratuite et contentes de pouvoir le faire ? Il faut que ce nombre augment, et demander aux communes françaises qui se sont lancées dans de processus, je suis certain en plus que personne de ne plaint, c’est donc révélateur, Arthur. Qui vous souhaire un bon WE de réflexion zot tout, marmailles et gramounes, , pour l’avenir du département, digne.

    Article
    Un message, un commentaire ?