Actualités

Vers l’appauvrissement de La Réunion

Inquiétantes mesures dans le Livre bleu pour l’outre-mer

Témoignages.re / 3 juillet 2018

Quelques mesures contenues dans le Livre bleu indiquent que La Réunion devra apporter sa contribution au redressement des comptes de la France, alors que sa situation sociale hors-norme est une des conséquences de l’exploitation coloniale par l’ancienne métropole.

JPEG - 89.6 ko
La situation sociale de La Réunion est une conséquence d’une histoire où la responsabilité de la France est importante.

Le Livre bleu pour l’Outre-mer présente la feuille de route du gouvernement pour les 4 années à venir. Il propose des mesures, et force est de constater que pour le gouvernement, cela se fera à budget constant. Ainsi, il annonce la création d’un fonds exceptionnel d’investissement (FEI) de 280 millions d’euros pour financer la construction d’équipements. Un autre fonds d’un montant de 400 millions d’euros vise à aider les entreprises. Selon le Livre bleu, le premier sera financé par une hausse de l’impôt sur le revenu, et le second par la suppression de la TVA non récupérable, une subvention versée aux entreprises. Ce sont des mesures très inquiétantes, car le montant de ces fonds dépendra des orientations budgétaires prises par la France. Si l’austérité venait encore à s’accentuer, ils pourraient être une variable d’ajustement.

A cela s’ajoute la prise de position du président de la République sur la surrémunération. Le chef de l’État a déclaré qu’ « il faut en sortir ».

Où est la réparation ?

Ces trois éléments indiquent que les départements d’outre-mer seront donc mis à contribution dans la politique d’austérité du gouvernement. Pourtant, la situation sociale de ces territoires est bien plus dégradée qu’ailleurs. C’est ce que reconnaît d’ailleurs l’Union européenne, car tous sont classés parmi les régions entrant dans l’Objectif convergence, c’est-à-dire qu’elles ont besoin d’un accès prioritaire aux subventions, en raison d’un PIB par habitant inférieur à 75 % de la moyenne des régions européennes. Parmi les raisons qui expliquent cette situation, figure notamment le fait que ce sont des anciennes colonies. Ces départements ont subi une exploitation féroce pour enrichir une métropole. Ceci mérite réparation de la part de l’État qui a succédé à la puissance coloniale. C’est dans le cadre de cette réparation que s’inscrit le combat pour l’égalité.

Suppression de postes de fonctionnaire

Mais le gouvernement ne prévoit pas de traitement de faveur. Le financement des fonds d’investissement pour l’outre-mer est prévu par les pays concernés. Mais surtout, les attaques contre le service public entraînent de fait une marche vers la fin de la surrémunération. En effet, le gouvernement veut supprimer d’ici 2022 120.000 postes de fonctionnaires. La Réunion est également touchée. Car la diminution du nombre de postes ne correspond pas à une diminution de la demande de service public. La tendance est contraire, en raison de l’augmentation de la population, et à cause du système en place qui crée chômage et pauvreté, et donc besoin de solidarité envers les victimes.

Puisque la charge de travail continue d’augmenter, il faudra quand même embaucher pour compenser les départs à la retraite dans la fonction publique. Mais ces nouveaux arrivants n’auront plus le statut de fonctionnaire, et ne toucheront pas la surrémunération. Le mouvement est déjà entamé, et ce sont des personnes qui peuvent avoir un contrat très précaire, comme un service civique, qui remplacent les postes de fonctionnaire supprimés.

Importance de s’unir

En conclusion, la contribution des anciennes colonies intégrées à la République à la politique de réduction des dépenses publiques se traduit par une diminution de l’effort de l’État dans les salaires versés. Elle fait dépendre de décisions budgétaires annuelles des sommes qui étaient jusque là acquises par le jeu de la fiscalité. C’est donc un appauvrissement de La Réunion qui se dessine. De quel développement peut-il alors être question dans ces conditions ?

Ceci rappelle plus que jamais la nécessité pour les Réunionnais de se rassembler pour proposer une alternative, un projet réunionnais qui devra être la base de discussion de nouvelles relations avec la France.

M.M.