Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Politique > Co-développement

Formation sur les architectures traditionnelles à Maurice, aux Comores et à Madagascar

Projet ICC de la Commission de l’océan Indien

vendredi 4 août 2023


La COI, à travers son projet ICC financé par l’Agence française de développement, a organisé des formations pratiques et techniques sur le patrimoine. Ces formations ont réuni des responsables des administrations chargées du patrimoine. Elles se sont tenues à Maurice, aux Comores et à Madagascar.


« Notre patrimoine culturel témoigne de l’évolution de nos sociétés à travers les siècles. Notre région, l’Indianocéanie, possède ses propres richesses culturelles qui lui confèrent une identité unique. (…)
Le patrimoine architectural est l’un des patrimoines forts, laissés par nos ancêtres. Il représente bien plus que des bâtiments ou des structures anciennes. En effet, chaque édifice raconte une histoire unique. On y devine des savoir-faire, des métiers, des techniques et des influences culturelles.
En valorisant notre patrimoine architectural, nous gardons le lien avec notre passé et notre identité culturelle.

Le projet ICC de la COI et le patrimoine architectural

A ce jour, la COI, à travers son projet ICC, a organisé trois formations nationales de terrain sur la préservation de notre patrimoine architectural. Elles ont été facilitées par Christophe Graz expert Hydea et du réseau du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS). Ces formations ont été organisées par HYDEA, un cabinet d’études spécialisé dans le domaine du patrimoine culturel, chef de file de l’assistance technique du projet ICC de la COI.

Comores
Une première mission s’est donc tenue aux Comores du 21 au 28 juin 2023. Celle-ci a suivi une approche singulière et variée sur le patrimoine, menée par le professeur Mze Hamadiu Toiwilou, Directeur général du Centre national de développement et de recherche scientifique (CNDRS) avec son Directeur du patrimoine Mohammed Mboreha.
Les membres de l’équipe technique nationale ont arpenté les îles de l’Union des Comores lors des formations en allant aussi à la rencontre de communautés qui font vivre des savoir-faire anciens.

Madagascar
Une deuxième mission à Madagascar a été organisée du 29 juin au 10 juillet 2023. L’équipe technique nationale a pu apprendre à distinguer et décrire les différentes typologies entre les régions de la Haute Matsiatra (Fianarantsoa), d’Atsimo Atsinana (Toamasina) et d’Atsimo Andrefana (Toliara), mais aussi les savoir-faire traditionnels associés, comme l’usage savant de nombreux végétaux pour la construction des maisons

Maurice
Une dernière mission s’est tenue à Maurice du 20 au 31 juillet 2023 portant notamment sur l’utilisation variée des matériaux, comme la tôle ou la pierre de basalte
« Valoriser le patrimoine architectural c’est aller au-delà de ses typologies et des matériaux utilisés : il convient de prendre en compte sa valeur usuelle, son empreinte environnementale exemplaire, mais aussi tous les savoir-faire qui l’accompagnent » explique Christophe Graz, expert ICOMOS et HYDEA, aux membres de l’équipe technique nationale de Maurice lors des explorations sur le terrain.

Numérisation

La formation sur les architectures traditionnelles permet de compléter la cartographie des patrimoines bâtis de l’Indianocéanie à travers un outil numérique dédié. Cet outil permet de recenser tout un ensemble de données utiles pour la conservation et plus encore la constitution de dossiers pour le classement des bâtisses, notamment auprès de l’UNESCO. Ces premières formations permettront également aux pays (Madagascar, Maurice, Mozambique, Seychelles et Union des Comores) d’alimenter l’outil numérique développé pour l’inventaire des architectures traditionnelles.
Pour Juliette Janin, Chargée de mission responsable des projets culturels de la COI : « Le patrimoine est une des bases les plus solides du tourisme culturel, qui peut générer des revenus économiques importants pour les pays. De plus, les matériaux locaux et les savoir-faire traditionnels répondent également aux enjeux climatiques auxquelles nos iles font face actuellement »


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus