Lutte contre la pauvreté

La fin de la pauvreté relève d’un acte politique

Ary Yée Chong Tchi Kan / 2 décembre 2020

Il faut continuer à accentuer la lutte contre la pauvreté pour couvrir de honte les décisionnaires qui se drapent dans la bonne conscience tricolore. Il nous revient des réactions intéressantes. Chaque jour, Témoignages partagera d’autres informations pour enrichir la connaissance du peuple. Certaines personnes ont souhaité savoir c’est quoi l’Appel de l’Ermitage. Le mieux c’est de reprendre l’édito de JB dans Témoignages du 20 mars 2013. Déjà 7 ans !

JPEG - 66.3 ko
Après "l’Appel de l’Ermitage" lancé le 18 décembre 2012 et le courrier remis en Préfecture à l’intention du Président de la République le 19 mars dernier (notre photo) pour l’abolition de l’extrême pauvreté à La Réunion, le Comité invite les Réunionnais à se rassembler le 10 mai au matin à l’Ermitage pour continuer ce combat.

« Les dates symboliques de l’Appel de l’Ermitage.

L’Appel de l’Ermitage engage la lutte pour l’abolition de l’extrême pauvreté comme on a aboli l’esclavage. Hier, le mouvement a atteint un degré de sensibilisation supérieure avec la présence des personnes victimes de la grande pauvreté devant la Préfecture. C’est un pas de plus dans la volonté des organisateurs de sortir les gens de l’ignorance et les conduire à prendre leur responsabilité.
C’est en analysant les cas d’extrême pauvreté à La Réunion que les signataires de l’Appel de l’Ermitage avaient convenu des actions à entreprendre. Deux dates avaient été retenues : le 20 décembre et le 19 mars. Pourquoi ?
A la veille du 20 décembre 2012, une rencontre a eu lieu pour finaliser un texte qui servira de plate-forme de lutte. L’appel de l’Ermitage proclame l’abolition de l’extrême pauvreté. La date du 18 décembre fut choisie pour symboliser l’idée de l’abolition et pour évoquer les actions à entreprendre dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement.
L’autre date c’est le 19 mars, elle sert de référence. Une délégation s’est rendue à la préfecture remettre un courrier à l’attention du Président de la Répubique. En choisissant ce mode d’action, elle conditionnait le besoin réunionnais.
Le 20 décembre et le 19 mars sont deux dates symboliques qui posent le problème de l’égalité entre les citoyens. C’est pour cela que l’action de ce 19 mars rappelle que 67 ans après la loi de l’égalité, des citoyens vivent avec 4 ou 5 euros par jour. C’est inadmissible.
J.B.

Voici un extrait issu d’un autre article.

« À La Réunion, la pauvreté a pour origine des décisions politiques historiques. Seules des décisions politiques ambitieuses viendront à bout de l’extrême pauvreté à La Réunion.

Les auteurs de l’étude signalent aussi que l’extrême pauvreté touche plus particulièrement les personnes âgées (et les jeunes) : "30 % des 60 ans ou plus vivent avec le minimum vieillesse (ASPA, ASV) soit neuf fois plus qu’en métropole".

Parmi eux, certains ont pu économiser et produire un petit patrimoine non productif qu’ils seraient heureux de transmettre à leur descendance. Cependant, la conférence mensuelle du Comité de l’Appel de l’Ermitage, qui a lieu au Comité du Tampon le 17 août, a montré que la loi actuelle contraint les enfants à vendre l’héritage de leurs parents pour rembourser l’ASPA. La loi ne doit pas empêcher les Réunionnais de sortir de l’extrême pauvreté. Cette loi doit être abrogée sans délai ! »

Enfin, l’Appel de l’Ermitage avait créé le premier Conseil municipal des Pauvres afin de rappeler que l’abolition de la pauvreté relève d’un acte politique.

Ary Yée Chong Tchi Kan