Alon filozofé

Ousa nou sava ansanm ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 22 septembre 2017

Il y a tellement de stupidités humaines qui perturbent le monde et La Réunion chaque jour, que nous avons le devoir de réfléchir aux effets et aux causes profondes de ces problèmes. Comment donc faire face aux comportements stupides et absurdes pour éviter les souffrances parfois atroces qu’ils entraînent ?

JPEG - 73.1 ko
Le groupe musical Timoté (Tim Zéni) au Pandathlon 2017.

À l’occasion de la Journée Mondiale de la Paix célébrée ce jeudi 21 septembre, Amédée Louis-Fernand, président de l’ONG internationale Cœur et Conscience, a annoncé la création d’un collectif citoyen intitulé Ensemble pour la Paix, « pour identifier les acteurs, faire connaître les initiatives en faveur de la paix et agir ensemble pour la paix en soi, entre les individus et dans le monde. Notre collectif propose de se rencontrer, se rassembler pour échanger, participer et organiser ensemble ou de façon indépendante des actions pour la paix ».

Pour aller dans ce sens, Roger Strelbicki, président du Mouvement de la Paix du Bas-Rhin, a envoyé une interpellation aux députés et sénateurs de ce département alsacien en leur faisant part des « exigences citoyennes concernant l’engagement de notre pays dans une nouvelle politique de défense et de sécurité visant un monde sans armes nucléaires ». Et la revue de cette organisation parue le 12 septembre souligne que « sans l’éradication de la barbarie du capitalisme et sa domination, aucun des problèmes qui se posent aujourd’hui à l’humanité ne peut être résolu, ni le risque d’une guerre généralisée, ni le terrorisme, ni la crise économique, sociale et écologique ».

La philo pour les enfants

Pour faire réfléchir nos compatriotes sur ces problèmes et leurs solutions, l’association Les Enfants de la Philo à La Réunion, coordonnée par France Aupin, a organisé 4 jours de formation d’éducateurs cette semaine au Jardin botanique de Mascarin afin de les aider à apprendre à des jeunes réunionnais à philosopher. Le philosophe Jean-Charles Pettier, auteur de nombreux ouvrages à ce sujet, a animé ces cours de façon admirable, avec des échanges très constructifs avec des dizaines de personnes en contact avec les enfants et qui veulent les aider à réfléchir sur la transformation de leur société.

Dans cet esprit, le Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion (GDIR), présidé par Idriss Issop-Banian, organise ce dimanche 24 septembre à l’aire de pique-nique de la Place des Laves (Piton Sainte-Rose) la 9e édition de la Journée Réunionnaise de la Fraternité. « Cette journée est placée sous le signe de la rencontre, de la convivialité, du partage ainsi que sous le sceau de la laïcité » pour faire avancer la fraternité réunionnaise en soulignant que « nout tout lé kapab byin viv ansanm an frèr ».

« Mèt an lèr nout nasyon »

Comme on le sait, un des moyens de renforcer cette fraternité face aux diviseurs et profiteurs est de nous rassembler pour éradiquer la pauvreté dans notre pays. D’où la participation à cette journée d’associations à but humanitaire, social et culturel, comme par exemple le mouvement ATD Quart-Monde, qui prépare avec bien d’autres organisations réunionnaises la célébration de la 30e Journée Mondiale du Refus de la Misère le 17 octobre prochain.

Nous allons citer un dernier exemple de la mobilisation réunionnaise pour une société équitable, harmonieuse, libre et responsable : la 6e édition du Pandathlon, où plus d’un millier de personnes ont participé à des marches de solidarité au Colorado de La Montagne « pour La Réunion et pour la planète ». Des artistes comme l’humoriste Thierry Jardinot et les musiciens Timoté, Henri-Claude Moutou ont apporté leur soutien à la culture de l’amour, au respect de l’environnement, à « mèt an lèr nout nasyon »… Voilà comment nou va désid nou mèm ousa nou sava ansanm !

Roger Orlu