Alon filozofé

Pourquoi continuer les combats de Franswa Sintomèr…

Billet philosophique

Roger Orlu / 20 juin 2014

Nous ne pouvons pas ne pas consacrer ce "billet philo" à un hommage à ce grand penseur réunionnais qui vient de nous quitter à l’âge de 67 ans : un militant de la langue, de la culture et de l’identité réunionnaises, mais aussi un défenseur de notre environnement et des droits socio-politiques fondamentaux de notre peuple, Franswa Sintomèr. Bien d’autres compatriotes ont déjà salué sa vie et son œuvre à l’occasion de son départ et nous les en remercions sincèrement ; mais une des meilleures façons de lui rendre hommage n’est-elle pas de réfléchir ensemble sur la façon de continuer ses combats et d’agir unis dans ce sens ?

Afin de soutenir les réflexions pour que nous soyons réellement fidèles aux luttes menées par Franswa Sintomèr, nous vous proposons essentiellement des extraits de quelques-unes de ses chansons, proclamées depuis une vingtaine d’années avec son groupe Maronèr Koméla et qui sont porteuses de pensées créoles réunionnaises très riches à faire connaître. Dans cet esprit, voici tout d’abord quelques phrases d’un chant consacré à la défense de l’identité réunionnaise et à la lutte contre le racisme dans notre pays : « Lafrik nout rasine, La Rényon nout péi. Rényoné nout lang, la pa nou pou déviré. Pran kom zot i vé, nou na in sèl rélizion : La Rényon nout nasyon.
(…) In pèp sink koulèr — rouz, noir, zone, blé, vèr — riskab pran la kolèr kont kolonizatèr. Nou pèp rényoné, nou pèp sink koulèr, nou lé an kolèr kont bann rasis fransé. (…) Rasis patanté, rasis sèrtifié, rasis diplomé, zot mèm rasis fransé ».

« Tyinbo nout lèspoir »

Les injustices sociales dont est victime une grande partie du peuple réunionnais sont également dénoncées dans des chants de Franswa et il propose des solutions : « Mi mazine so bann gro zozo, ki soi zorèy, ki soi rényoné, pou tourn viré, pou ral déryèr, pou pèy domoun, zot pou ésploité. Akoz zot lé Rényoné, koméla zot lé pa parti lwin lékol. Ankor mayé dan la kol zak, zot na diplom pardsi diplom. Zot la fine rant somèr diplomé.
Mon kèr i sèr, mon kèr i plèr kan mi voi so ponyé domoun, inn déryèr lot an soumisyon pou atann larzan la lokasyon. (…)
Mèm dan nout fénoir, fo toultan tyinbo nout lèspoir. Si nou zoué pa volèr, La Rényon, oté sé nout tèr. Si dan nout tèt lé klèr, La Rényon sa lé nout tèr. Alon tyinbo ansanm pou kin karo zépine i dovyin in gran zardin. (…) Alon plant maï, do ri péi. Oté la famine pa pou nout famiy ! ».

« Libèrté, wo wo wo, libèrté »

Pour conclure, nous allons citer un autre concept mis en avant par Franswa dans plusieurs de ses chansons, notamment dans celle sortie en février 1985 à Saint-Louis sous le titre : "La lwa fransé lé makro mèm" (on peut en voir de larges extraits dans "Témoignages" du 15 novembre 2013) ; c’est le concept de liberté, mis en valeur dans une autre belle chanson : « Domoun lontan lété pou kozé, la di maloya la fini toufé. Domoun lontan lété pou kozé, la di maloya la fini kliné. Anou bann maronèr koméla, na mont azot nout maloya. Anou bann Rényoné pou levé, na mont azot nout libèrté.
Libèrté, wo wo wo, libèrté ! Libèrté, pou toué nou va lévé. Libèrté, wo wo wo, libèrté ! Libèrté, pou toué nou va fété ! ».
Comme nous l’avons dit plus haut, ces pensées de Franswa Sintomèr sont vraiment à faire connaître à nos compatriotes comme au monde entier et à transmettre aux générations futures. Seront-elles enseignées un jour aux élèves réunionnais ? Et les chants de Maronèr Koméla resteront-ils censurés sur les radios et télés dominantes du pays ? Arèt èk sa té ! Alon fé rèspèkt nout libèrté !

Roger Orlu


Kanalreunion.com