Edito

Éviction de la directrice du Parc national de La Réunion : prétexte officiel peu crédible

Une Réunionnaise sanctionnée pour avoir défendu un outil de développement du pays

J.B. / 30 septembre 2016

L’éviction de Marylène Hoarau du poste de directrice du Parc national de La Réunion a été officialisée dans un arrêté datant du 28 septembre. Officiellement, cette décision découle d’une volonté de faire « aborder une nouvelle étape de son développement » à l’institution. Ce point de vue est loin d’être partagé par la présidence du Parc national, qui souligne le rôle décisif de Marylène Hoarau dans la création et le développement du Parc national de La Réunion.

Par arrêté en date du 28 septembre 2016 notifié le jour-même, le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a officialisé le départ de Madame Marylène Hoarau en tant que directrice du Parc national de La Réunion, à compter du 1er octobre 2016.

Emmanuel Braun, qui était Directeur adjoint de l’établissement public depuis juillet 2011, est nommé directeur par intérim. Il exercera cette fonction jusqu’au recrutement d’un nouveau directeur, poste pour lequel un avis de vacance a été publié au Journal officiel du 21 septembre 2016. Le Conseil d’administration de l’établissement sera étroitement associé à cette procédure.

Dans un communiqué, la Préfecture précise les raisons officielles de l’éviction de la directrice. Ce serait en lien avec un rapport d’évaluation datant de juillet dernier. « Ce rapport, qui reconnaît les avancées accomplies par le parc, préconise diverses mesures qui appellent une évolution du management de l’établissement, de façon à aborder une nouvelle étape de son développement. C’est dans ce cadre que la cessation de fonction de madame Marylène Hoareau, directrice du parc, a été décidée par arrêté ministériel. Elle rejoindra prochainement les équipes placées auprès du préfet de région. »

Pour sa part, le Conseil d’administration du Parc national ne semble pas partager ce point de vue. « Le Président et l’ensemble du Conseil d’administration saluent le travail et témoignent leur reconnaissance à Marylène Hoarau qui a œuvré depuis de longues années au service de la protection et de la valorisation des patrimoines naturels, culturels et paysagers exceptionnels des Hauts de l’île », indique un communiqué du Parc national. « En particulier, Marylène Hoarau a fortement contribué à la création du Parc national en tant que membre de la ’mission parc’, puis elle en a été directrice adjointe de 2007 à 2011 et enfin directrice de 2011 à 2016. Elle a démontré de façon constante son engagement, sa persévérance et ses convictions profondes ».

Et de souligner qu’ « avec la Charte adoptée en janvier 2014, le Parc national de La Réunion dispose d’une stratégie clairement définie pour le cœur et pour l’aire d’adhésion, autour d’un projet de territoire équilibré entre préservation des patrimoines et développement des activités humaines économiques et culturelles. Cette stratégie se décline aujourd’hui à travers le plan d’action de l’établissement, et à travers les conventions d’application déjà signées ou en cours de finalisation, particulièrement avec les 17 communes déjà adhérentes ».

« Le Parc national de La Réunion est un projet de société, guidé par la construction d’un équilibre harmonieux entre l’homme et la nature. Les équipes du Parc national, avec l’appui de ses instances et en partenariat avec les acteurs locaux, restent mobilisées. Elles poursuivront avec la même énergie la mise en œuvre de cet ambitieux projet de territoire qui porte haut les couleurs de La Réunion et de nos Pitons, Cirques et Remparts. », indique le Parc national.


Kanalreunion.com