Edito

L’esprit du CRADS, 70 ans après sa fondation

Ary Yée Chong Tchi Kan / 11 mars 2015

Le PCR a tenu une assemblée le 22 février pour inviter la classe politique à se réunir pour débattre de l’essentiel : un projet consensuel entre Réunionnais qui puisse ouvrir une perspective pour des dizaines d’années. L’Histoire nous enseigne que c’est tout a fait possible.

En 1944, la victoire sur le nazisme est proche. La France devra reconstruire ses institutions après la Libération. La population sera appelée aux urnes, le moment venu. Les femmes y participeront pour la première fois. A La Réunion, les intellectuels, les forces syndicales et politiques s’organisent, élaborent un projet politique et créent une organisation pour le faire connaître à la population. Ainsi naquit le CRADS : une organisation politique réunionnaise qui a orienté le destin de La Réunion. Durablement. (Lire la contribution d’Eugène Rousse).

Elus Députés le 21 octobre 1945, Raymond Vergès et Léon de Lépervanche, ont mis 4 mois pour préparer les conditions du vote historique du 19 mars 1946. Dans un élan de commémoration, il serait juste de lier la fondation du CRADS 11 mars 1945, la victoire populaire du 21 octobre 1945 et le vote de la loi du 19 mars 1946. De ce 11 mars 2015 jusqu’au 19 mars 2016, nous avons un an pour multiplier des initiatives à la hauteur de la rupture historique qui s’était produite. En particulier, il s’agit de faire du 19 mars, la deuxième date fériée de l’Histoire de La Réunion, après celle du 20 décembre.

70 ans après l’avènement du CRADS, la principale leçon à retenir, c’est que dans des circonstances particulièrement difficiles de la fin de la guerre, des hommes et des femmes d’horizons divers ont choisi le chemin de la responsabilité. Ils ont crée un cadre politique dans lequel allaient s’engouffrer de nouvelles générations d’hommes et de femmes. Ce fut un projet réunionnais, imaginé par des Réunionnais, pour les Réunionnais.

La caricature, c’est qu’aujourd’hui, nous avons 7 Député-e-s. Ils vont à Paris et se contentent de poser des questions écrites ou orales au gouvernement, avec plus ou moins d’indignation puis, se font mousser à la télé. Ils attendent passivement que Paris décide. Ils n’ont aucun projet commun, en rupture avec la crise actuelle “hors norme”.

L’invitation du PCR à se retrouver afin de débattre entre Réunionnais est la seule issue pour ouvrir de nouvelles perspectives d’avenir. C’est l’esprit du CRADS.


Kanalreunion.com