Edito

Que se passe-t-il en Ukraine ?

J.B. / 12 décembre 2013

Dans le monde occidental, les médias relaient actuellement les manifestations durement réprimées de pro-Union européenne. Ils s’opposent à la décision de leur gouvernement de refuser l’adhésion à l’Union européenne, et de préférer le partenariat avec la Russie et l’Asie centrale, dans la perspective de l’intégration dans une zone économique eurasienne allant de la Russie à la Chine.

Le mouvement pro-Union européenne a commencé à s’intensifier au moment de la tenue du Sommet de Vilnius. C’est là que l’Ukraine devait signer un document pour demander un accord d’association avec l’UE. Mais c’est là que les Européens ont essuyé un échec qui fera date. Jusqu’à présent, l’Union européenne a toujours progressé vers l’Est depuis l’absorption de l’ancienne RDA. En 2004, elle s’est élargie d’un coup à 10 pays, dont les Républiques baltes qui faisaient partie de l’URSS.

Mais elle subit un coup d’arrêt avec le refus d’une autre ancienne République de l’URSS. Plus grande que la France et peuplée de plus de 40 millions d’habitants, l’Ukraine est un pays d’une autre dimension que la Lituanie, la Lettonie ou l’Estonie.

Le refus de cette adhésion a entraîné la radicalisation du mouvement pro-Union européenne. Il a occupé une place, déboulonné des statues et investi l’hôtel de ville de la capitale, Kiev. Hier, le gouvernement ukrainien a envoyé la police pour tenter d’évacuer l’édifice public.

Malgré tout le soutien de l’Occident, le mouvement ne prend pas dans la population. Rappelons que le PC d’Ukraine a lancé une pétition demandant que l’intégration à l’Union européenne fasse l’objet d’un référendum afin que les Ukrainiens puissent exprimer leur désaccord. La pétition a recueilli plus de 3,5 millions de signatures. Le gouvernement ukrainien doit en tenir compte.

Car il existe une alternative à l’Union européenne.

La Russie est en train de travailler à une intégration économique plus étroite entre les anciennes républiques de l’URSS, incluant les pays d’Asie centrale riches en pétrole.

De plus, Xi Jinping, le nouveau président de la Chine, a réservé à la Russie son premier voyage officiel avant de se rendre en Afrique. C’est un ensemble économique allant de la Russie à la Chine qui est en train de se construire. À la différence d’une Europe en pleine crise, Russie et Chine font partie des pays émergents, ceux qui tirent vers le haut la croissance économique mondiale.

Ces quelques éléments montrent que ce qui se passe en Ukraine est différent de la vision présentée par les médias occidentaux.

J.B.


Kanalreunion.com