Droits humains

OCDE : « Les gouvernements doivent lutter contre le rejet de l’immigration »

Dans les pays riches, les réfugiés peuvent être une richesse

Témoignages.re / 20 septembre 2016

Il faut que les pays de l’OCDE luttent contre le rejet croissant dont l’immigration fait l’objet et renforcent leurs politiques relatives aux migrations et à l’intégration tout en favorisant la coopération internationale en la matière, selon un nouveau rapport de l’OCDE.

JPEG - 54.7 ko
Un homme montre son attestation d’enregistrement grecque à un agent de la police des frontières macédonienne lourdement armé. Seuls les Syriens, les Afghans et les Irakiens sont autorisés à passer la frontière. (Photo : Dimitris Tosidis/IRIN)

 

 

Le public adhère plus largement qu’auparavant aux idées hostiles à l’immigration parce qu’il craint que les frontières ne soient plus gardées, que les immigrés provoquent la saturation des services publics de proximité et que certains d’entre eux refusent de s’intégrer. Les Perspectives des migrations internationales 2016 viennent souligner la nécessité d’agir de manière systématique et coordonnée pour répondre énergiquement à ses préoccupations et tirer parti des multiples atouts que les migrations ont à offrir aux économies et sociétés qui les accueillent.

 

« Trop d’individus, dans trop de pays, en viennent à douter de la manière dont nous gérons les migrations, et la crise des réfugiés n’a fait qu’aggraver les choses », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, présidant au lancement du rapport, à New York, lors de l’ouverture du débat général annuel de l’Assemblée générale des Nations Unies. « Il ressort de l’analyse à laquelle l’OCDE s’est livrée que l’immigration a une incidence positive, à moyen et long termes, sur les finances publiques, la croissance économique et les marchés du travail. Pour faire barrage à la montée d’opinions contraires, les gouvernements doivent expliquer, clairement et sans équivoque possible, quels bénéfices sont à la clé et de quelle manière ils entendent assurer la gestion des flux migratoires. Ils doivent également muscler leurs politiques concernant les migrations et l’intégration, afin que ceux qui sont arrivés de fraîche date dans leur pays puissent y donner le meilleur d’eux-mêmes. »

1,5 million de nouveaux demandeurs d’asile en Europe l’an dernier

 

Les Perspectives nous apprennent qu’avec plus d’un million et demi de nouveaux demandeurs d’asile entrés dans les pays de l’OCDE en 2015, pour la plupart en Europe, la crise des réfugiés a marqué un record.

 

En termes absolus, l’Allemagne est le pays de l’OCDE qui a comptabilisé le plus grand nombre de ces entrées, avec 440 000 demandes d’asile officielles, auxquelles s’ajoutent encore plus d’un million de demandeurs préenregistrés. En termes relatifs cependant, la première place revient à la Suède, qui a accueilli l’équivalent de 1,6 % de sa population. En Turquie, et toujours en 2015, le nombre de Syriens bénéficiant d’une protection temporaire a atteint 2,7 millions. D’après les dernières données en date, au cours de la première moitié de l’année 2016, quelque 750 000 nouvelles demandes d’asile officielles ont été enregistrées dans les pays de l’OCDE – dont plus de la moitié en Allemagne.

 

Les mesures d’intégration des demandeurs d’asile et des réfugiés ont été renforcées dans bon nombre de pays européens touchés par la crise des réfugiés. Les dépenses en éducation et en formation linguistique ont augmenté de façon substantielle en Allemagne, en Autriche, en Finlande, en Norvège et en Suède. Plusieurs pays ont réduit les délais d’entrée sur le marché du travail et ont facilité un accès anticipé aux cours de langues et à l’évaluation des compétences.

 

À ce que l’on peut lire dans les Perspectives, même en 2015, les réfugiés n’ont jamais représenté qu’une fraction relativement modeste des 4.8 millions de personnes qui, selon les estimations, ont gagné les pays de l’OCDE cette année-là. Aujourd’hui quelque 120 millions de personnes nées à l’étranger vivent dans les pays de l’OCDE, où les nouvelles arrivées de migrants représentent moins de 0,5 % de la population totale.

 

« Défis mondiaux, solutions mondiales »

En plus d’efforts redoublés en faveur de l’intégration, l’OCDE préconise, pour que les pays tirent le meilleur parti possible des migrations et remédient aux clivages qui se révèlent chez certains, d’agir d’urgence sur trois fronts :

· Traiter l’incidence des migrations au niveau local. Les afflux soudains de migrants se concentrent généralement dans des régions et des zones urbaines précises, qui sont souvent les plus défavorisées. Il en résulte une forte sollicitation des services publics de proximité – par exemple, logement, transport et éducation. L’arrivée de migrants peu qualifiés peut aussi, dans certains cas, avoir des conséquences, sur le marché de l’emploi, pour les habitants du lieu présentant un profil analogue. Il est essentiel de renforcer les services publics, afin qu’ils soient à même de faire face à ce genre de situation, et de veiller au respect de la réglementation relative au marché du travail, en particulier en ce qui concerne les salaires minimums.

· À défis mondiaux, solutions mondiales. La coopération internationale demande à être dynamisée, chaque pays apportant sa propre contribution.

· Les besoins doivent être identifiés et traités plus rapidement. Les crises prolongées impliquant d’importants déplacements de personnes accroissent les tensions entre la nécessité de trouver et financer des solutions de long terme et la préférence générale pour les mesures de protection à court terme. Une solution plus pérenne consisterait à arrêter des normes minimales concernant cette protection et à faciliter l’accès à une protection plus durable lorsque nécessaire. Il y a lieu, par ailleurs, que la communauté internationale intensifie de façon significative l’action qu’elle mène en faveur de la réinstallation des réfugiés.


Kanalreunion.com