Droits humains

Protéger des millions de personnes de la traite des êtres humains

Appel de l’ONU

Témoignages.re / 2 août 2016

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, a déclaré vendredi, que la Communauté internationale doit faire davantage pour mettre fin à la pratique inhumaine de la traite des êtres humains et protéger les migrants et les réfugiés, en particulier les jeunes, les femmes et les enfants, qui tentent d’exploiter leurs chances pour un avenir meilleur. Il a également exhorté les gouvernements à reconnaître leur responsabilité dans la lutte contre ce fléau mondial.

« Partout dans le monde, des dizaines de millions de personnes cherchent désespérément refuge, beaucoup d’entre eux loin de leurs maisons et encore plus loin de la sécurité. Les migrants et les réfugiés sont confrontés à des obstacles physiques et des barrières bureaucratiques. Malheureusement, ils sont aussi vulnérables aux violations et exploitation aux droits humains par les trafiquants d’êtres humains », a déclaré M. Ban dans un message pour marquer la Journée mondiale contre la traite des personnes.

« Nous devons gouverner la migration d’une manière fondée sur les droits sûrs, créer des voies suffisantes et accessibles pour l’entrée des migrants et des réfugiés, et finalement s’attaquer aux causes profondes des conflits telles que la pauvreté extrême, la dégradation de l’environnement et les autres crises qui forcent les gens à traverser les frontières, les mers et les déserts ».

Responsabilité partagée

Le responsable de l’ONU a noté que ces questions seront au centre du sommet de l’ONU sur les réfugiés et les migrants qui se tiendra à New York le 19 septembre.

Il a déclaré que la rencontre vise, entre autres objectifs, à gagner l’engagement renouvelé pour l’intensification des efforts de lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants et des réfugiés, assurer la protection et l’assistance aux victimes de la traite et de la contrebande abusive, ainsi que pour tous ceux qui souffrent des violations des droits de l’homme et des abus dans le cadre de grands mouvements, ainsi que pour promouvoir le respect du droit, des normes et cadres internationaux.

« Je demande à tous les pays, qu’ils soient pays d’origine, de transit ou de destination, à reconnaître notre responsabilité partagée. Dans un premier temps, nous avons besoin d’une base juridique solide pour l’action. J’encourage tous les États à adopter et à mettre en œuvre la Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée et son protocole sur la traite des êtres humains, ainsi que tous les principaux instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme », a déclaré Ban.

« En cette Journée mondiale contre la traite des personnes, je vous exhorte tous à vous réengager à protéger, respecter et réaliser les droits humains de tous les migrants et réfugiés. La création et le soutien des procédures de migration et d’asile fondées sur les droits humains sûrs et bien gouvernés seront une étape importante pour mettre fin à la pratique odieuse de profiter du désespoir et de la misère humaine. Les trafiquants se nourrissent des plus désespérés et des vulnérables. Pour mettre fin à cette pratique inhumaine, nous devons faire plus pour protéger les migrants et les réfugiés, et en particulier les jeunes, les femmes et les enfants qui voudraient exploiter leurs chances pour un avenir meilleur, plus sûr et plus digne », a conseillé M. Ban.

La plus grave crise de réfugiés depuis 70 ans

Dans un autre message, le directeur exécutif de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov, a déclaré qu’au moment où la Communauté internationale lutte avec la plus grande crise des réfugiés et de la migration depuis la Seconde Guerre mondiale, les trafiquants et les passeurs profitent de la misère pour faire du profit. « Les criminels s’attaquent aux personnes dans le besoin et sans soutien, et ils voient les migrants, en particulier les enfants, comme des cibles faciles pour l’exploitation, la violence et l’abus », a déclaré Fedotov.

« Les conflits armés et les crises humanitaires exposent ceux qui sont pris dans le feu croisé à un risque accru d’exploitation sexuelle, de travail forcé, de prélèvement d’organes, de la servitude et d’autres formes d’exploitation ».

Le chef de l’ONUDC a également noté que bien que tous les migrants soient vulnérables à la traite, le prochain Rapport mondial de l’ONUDC sur la traite des personnes de 2016 a identifié une tendance claire reliant l’immigration clandestine à la traite des personnes.

« Certains flux migratoires semblent particulièrement vulnérables à la traite des personnes. Par exemple, les citoyens du Honduras, du Guatemala et du Salvador représentent environ 20 pour cent des victimes détectées aux États-unis, tandis que la migration légale au départ de ces pays représente environ 5 pour cent du total », a-t-il déclaré.

Des tendances similaires se trouvent en Europe occidentale où les citoyens de l’Europe du Sud-Est comprennent une part importante des victimes détectées.

Fedotov a révélé que le rapport de l’ONUDC, qui sera publié plus tard cette année, met en évidence les liens entre la traite des êtres humains et les flux de réfugiés en provenance de la Syrie et l’Erythrée, et impliquant des réfugiés Rohingya de Birmanie et du Bangladesh.

En 2013, l’Assemblée générale de l’ONU a désigné le 30 juillet comme étant la Journée mondiale de sensibilisation à la situation des victimes de la traite des êtres humains et pour la promotion et la protection de leurs droits.


Kanalreunion.com