Luttes sociales

La mobilisation des travailleurs du BTP oblige les patrons à renoncer au gel des salaires

Les patrons font une première concession au bout de 3 jours de grève

Témoignages.re / 9 avril 2016

Au 3e jour de grève dans le BTP, les négociations salariales ont repris. La mobilisation a amené le patronat à sortir de sa logique du 0 % d’augmentation et a fait une première concession avec une augmentation étalée en trois étapes : +0,4 % au 1er janvier, +0,2 % au 1er avril et +0,2 % au 1er octobre. Les syndicats jugent la proposition insuffisante et consultent leurs bases.

JPEG - 85.4 ko
La CGTR-BTP lors de la manifestation du 31 mars contre la loi El-Khomri.

La troisième journée de grève dans le BTP a commencé par une manifestation à La Possession, sur le rond-point desservant l’entrée Est de la commune du Port. Les travailleurs ont choisi de bloquer la route. D’autres barrages étaient en place dans la zone industrielle autour du port-Est. La pression montait quelques heures avant la reprise des négociations salariales.

La rencontre entre syndicats et patrons s’est déroulée à la Direction du Travail à Saint-Denis. Au bout de plusieurs heures de discussions entrecoupées de plusieurs interruptions, la position de la FRBTP et de la CAPEB a légèrement évolué. Le conflit trouve en effet son origine dans le refus du patronat d’accorder la moindre augmentation de salaire pour 2016, alors que les syndicats revendiquent une hausse de 3 %.

Les représentants patronaux sont sortis de leur logique de gel des salaires. Ils ont mis sur la table une augmentation étalée en trois étapes. Ils ont fait la proposition suivante : une hausse de 0,4 % à partir du 1er janvier et donc rétroactive, une seconde de 0,2 % à compter du 1er avril, et une troisième de 0,2 % applicable au 1er octobre.

L’Intersyndicale va soumettre cette proposition à la base, tout en estimant qu’elle est encore loin de correspondre aux attentes.


Kanalreunion.com