Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Chroniques > Actu de la semaine

Les surveillants réclament des actions immédiates

Grève au Centre de détention du Port

samedi 27 mai 2023


Depuis le 22 mai, une soixantaine d’agents dénoncent leurs conditions de travail. ils ont manifesté en bloquant l’accès au centre de détention du Port.


"Cela fait des mois que la souffrance des agents est évoquée avec la direction, mais aucune réponse concrète n’est apportée", a déploré Roger Bénard, secrétaire FO-Justice au centre du détention du Port, au Journal de l’île.

A l’aide de barrage filtrant à l’entrée du centre, seuls les fonctionnaires en service et le personnel médical étaient autorisés d’accès. "Ce mouvement illustre notre lassitude et notre colère" ont indiqué les fonctionnaires mécontents au JIR.

Ils dénoncent à la fois "un grave problème de management et une cheffe de détention avec qui le courant ne passe plus" ainsi que "l’absence de réponses de la part de la direction et de la mission outre-mer" concernant le manque d’effectif.

"A partir du moment où on rappelle constamment des agents sur leur temps de repos, c’est qu’on n’est pas assez nombreux", a souligné Roger Bénard. D’autant plus que la direction sanctionne les agents qui n’ont pas justifié leur absence pour ne pas avoir répondu à un rappel sur leur temps de repos.

De son côté, Vincent Pardoux, responsable du syndicat FO pénitentiaire, a indiqué à Antenne Réunion qu’"à la prison du Port, on approche un taux d’occupation de 100%. La problématique c’est le profil des détenus qu’on reçoit, ils ne sont pas du tout adaptés à la structure du centre de détention du Port. De jeunes meneurs de bandes à Mayotte arrivent dans notre département, ils sont nés sur le territoire Français à Mayotte, ils risquent d’être libérés sur notre département à l’issue de leur peine".

Le syndicat FO pénitencier a assuré : "on est complètement délaissés par la direction interrégionale de l’outre-mer. Mes collègues sont rappelés sur leurs jours de repos et les week-ends. Cela impacte leur vie familiale, cela impacte également leur physique. On a suffisamment discuté, il nous faut des réponses concrètes. Le levier qu’il nous reste c’est le blocage".

Les manifestants demandent que les départs à la retraite soient tous remplacés, et que des recrutements. Si ces derniers ne voient pas d’actions concrètes, ils n’excluent pas de reconduire, voir de durcir le mouvement dans les prochains jours.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus