Alon filozofé

Amour et résistance

Billet philosophique

Roger Orlu / 14 mars 2008

JPEG - 13.1 ko
Brigitte Croisier et Élisabeth Ponama.
(photo PL)

Un lecteur de “Témoignages” a réagi ainsi à l’idée émise dans le billet philosophique de vendredi dernier, qui proposait de faire ensemble de La Réunion une île d’amour : « Une île d’amour...? Oui, j’en rêve. Oui, je me demande chaque jour ce que je dois faire pour voir et vivre dans cette île d’amour... La haine... le racisme... la pauvreté... Abandonné par les siens parce que trop vieux, chômeur... Voilà mon quotidien.
Mensonge... magouille... tricherie... clientélisme... Voilà ce que certains dirigeants nous proposent. Mépris... haine... insultes... démagogie... Voilà l’éditorial d’un journal. Ensemble, balayons tout ça et nous verrons naître cette île d’amour ».
Le futur ex-patron et éditorialiste du “Journal de l’Île” pourra trouver là un bel adieu. La haine anti-communiste et le mépris colonial anti-réunionnais de ce sympathisant du Front National sont salués comme ils le méritent. De toute façon, les Réunionnais sont habitués aux mœurs d’un autre temps de ces oiseaux de passage. Et avec l’intelligence qui est la sienne, ce peuple saura toujours - comme depuis la période de l’esclavage - résister à ceux qui font tout pour que son pays soit le contraire d’une île d’amour.

La résistance et l’amour iraient-ils ensemble ? Ce n’est pas évident. Tout dépend de savoir notamment à quoi l’on résiste et ce que l’on aime. À l’occasion de la Journée mondiale de la Femme et de la sortie du film "Les Femmes de l’ombre", signalons la sortie de deux livres qui mettent en lumière des héroïnes de la Résistance en France pendant l’occupation nazie : "Héroïnes françaises" (éditions du Rocher) et "La pierre qui parle" (éditions l’Esprit du Livre"). Parmi ces femmes sorties de l’ombre, citons Jeanne Bohec, aujourd’hui âgée de 88 ans. Surnommée « la plastiqueuse à bicyclette », elle avait rejoint Londres dès juin 1940. Première femme à être parachutée en France, elle devient instructrice en sabotage pour les maquisards et elle fait sauter une voie ferrée qui traversait la Bretagne en mai 1944.
Les résistances des Réunionnaises à toutes les formes d’oppression et de mépris, il en sera question à la table-ronde du jeudi 27 mars prochain, à 17 heures 30 à l’Université Solidaire de la Mutualité de La Réunion, boulevard Doret (Saint-Denis). À l’occasion du 100ème anniversaire de Simone de Beauvoir, la philosophe Brigitte Croisier et l’historienne Élisabeth Ponama débattront de la cause des femmes à La Réunion avec les associations concernées par ce combat.

Ce que l’on appelle les divinités vont-elles nous aider dans ce combat pour construire une île d’amour ? Dans son numéro de février 2008, la revue “Philosophie Magazine” pose la question suivante au philosophe canadien Charles Taylor, défenseur du concept d’authenticité et du multiculturalisme, récemment primé par une fondation chrétienne :

- « Pensez-vous qu’il serait possible, pour encadrer et réguler l’individualisme moderne, d’inventer des valeurs collectives en rupture avec tout héritage religieux ? »
Réponse de Charles Taylor : « Bien sûr, des gens l’ont fait. Il y a des formes d’athéisme qui ont développé des valeurs comme les droits de l’Homme. Et il y a peut-être une île, quelque part, où des personnes qui n’ont jamais été chrétiennes ont inventé des principes comme les nôtres ».
Ah mais cette île existe vraiment ! Un bon début donc pour qu’elle devienne une île d’amour...

Roger Orlu

* Envoyez vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble...! temoignages@wanadoo.fr