Alon filozofé

« Au nom de mes pères »

Billet philosophique

Roger Orlu / 23 février 2018

Ces deux dernières semaines, nous avons cité plusieurs œuvres admirables accomplies par des historiens, penseurs, chercheurs scientifiques, écrivains et poètes réunionnais pour faire vivre la pensée créole et inter-culturelle réunionnaise, la kiltir nout mémwar istorik et les perspectives à créer pour un avenir libre et responsable de notre peuple. Mais il ne faut pas oublier les chanteurs et musiciens du pays qui ont eux aussi créé des œuvres admirables pour aller dans ce sens !

JPEG - 60.4 ko
Davy Sicard le 4 novembre 2011 avec Sudel Fuma lors du baptème de l’École maternelle Éli de Saint-Leu dans le cadre de Lané Éli pour célébrer le 200e anniversaire de la révolte de nos ancêtres esclaves dans la région de Saint-Leu.

Bien sûr, il est impossible de citer ici en quelques lignes tous les artistes musicaux rebelles réunionnais qui depuis de nombreuses générations ont contribué à la prise de conscience par nos compatriotes des atouts de l’identité spécifique réunionnaise à valoriser pour construire un avenir meilleur. C’est pourquoi, même si l’on ne peut pas ne pas penser à ce sujet par exemple à des stars comme Danyèl Waro, Thierry Gauliris, Christine Salem, Maximin Boyer, Gaël Velleyen, etc. (pardon pour les nombeux oublis !), nous allons citer des extraits d’une œuvre d’un seul artiste : Davy Sicard.

C’est une Réunionnaise amie de la philo qui a attiré notre attention sur le contenu très riche de cette œuvre intitulée ‘’Au nom de mes pères’’, où l’auteur interpelle avec force le concept de ‘’liberté’’ pour savoir où il en est aujourd’hui à La Réunion. Il y aura les trois premières strophes, puis des extraits du poème qui fait partie de ce chant magnifique et porteur d’un message très important pour notre avenir :

« Que serais-tu Liberté
Si comme tant d’autres mes pères
N’avaient osé faire couler
Jusqu’à leur sang pour toi naguère
Et même donné leur vie
Leur âme pour que tu sois

Aujourd’hui tout ce que tu es

Ne serais-tu Liberté
Pas juste en train de me dire
Que toutes ces choses du passé
N’ont plus aucun avenir
Qu’il ne sert plus à présent
À rien de vouloir se battre
Encore au nom de tout ce que tu es

Aurais-tu Liberté
Oublié notre histoire
Aurais-tu Liberté
Donc perdu nos mémoires
Pourrais-tu Liberté
Me regarder dans les yeux
Et me dire qu’il me faut t’oublier

(…) Regarde bien dans les recoins de notre histoire
Il y a encore des passages qui demeurent dans le noir
C’est une honte
Ceux qui y vivent méritent mieux
En les mettant au grand jour tu leur permettrais de vivre heureux
(…) Allons enfants des colonies, son jour de gloire est arrivé
Réveillons-nous unissons-nous afin d’éviter le pire
Un véritable tsunami qui nous jetterait dans un bien vague souvenir
Je t’ai vu Liberté marchant la tête haute
Alors relève la avant qu’elle ne tombe sous le poids des fautes
Il est temps de redonner un vrai sens à nos valeurs
A bas toutes les rancœurs c’est une question d’honneur ».

Voilà donc un message fort que nous transmet Davy Sicard : ‘’au nom de mes pères’’, kosa nou fé ansanm pou èt fidèl aux combats de nos ancêtres combattants de la liberté é pou libèr nout pèp ?

Roger Orlu