Alon filozofé

Célébrations familiales de la Journée mondiale de la philo

Billet philosophique

Roger Orlu / 9 novembre 2018

« À la recherche de la sagesse » : tel est le sens profond donné sur le site de l’UNESCO à la célébration le 15 novembre prochain de la Journée mondiale de la philosophie, instituée en 2005 par cette organisation internationale de la culture et de l’éducation et célébrée chaque année le troisième jeudi du mois de novembre. Et dans ce message pertinent, l’UNESCO rappelle que « le terme ‘’philosophie’’ vient du grec et se traduit littéralement par ‘’l’amour de la sagesse’’ ; si l’on devait décrire la philosophie, on pourrait dire qu’il s’agit d’un ensemble de réflexions critiques et argumentées concernant le monde et la place que nous y occupons ».

JPEG - 76.4 ko
Abderrahim Bouzelmate, lors de sa conférence à la mairie de Saint-Pierre avec l’association réunionnaise Unir Océan Indien.

Avec un peu d’avance sur cette célébration, l’association réunionnaise Unir Océan Indien, présidée par Mohammad Bhagatte, a eu l’idée géniale d’organiser il y a quelques jours dans tout le pays 5 conférences-débats avec Abderrahim Bouzelmate, un jeune enseignant de littérature à Marseille, sur ‘’les richesses culturelles de l’Andalousie musulmane et du bien vivre ensemble’’. À sa conférence de Saint-Pierre par exemple, l’auteur du livre ‘’Al-Andalus : histoire essentielle de l’Espagne musulmane’’ a présenté avec beaucoup de compétence les grands philosophes de cette région ayant inspiré l’occident du 8e au 15e siècle en prônant la fraternité, la solidarité et l’épanouissement interculturel.
Ces philosophes, souvent proches du judaïsme, du christianisme et de l’islam, se sont souvent battus ensemble pour « des valeurs qui doivent nous guider aujourd’hui », avec notamment « le respect des pauvres, la redistribution des pouvoirs, la culture de l’amour par le dialogue », comme l’a dit Abderrahim Bouzelmate. Et il a cité par exemple Averroès, le célèbre penseur arabe du 12e siècle, qui a milité « pour la cohésion sociale » en disant qu’« il faut gouverner pour unir les citoyens et ne pas les diviser ».

Pour « la paix mondiale »

Dans cet esprit, nous voulons vous faire part d’échanges très enrichissants que nous avons eus récemment lors de la première des 3 rencontres privées et traditionnelles organisées par des familles créoles réunionnaises en hommage à leurs ancêtres. À cette occasion, on nous a expliqué que ces rencontres se déroulent notamment avec des rites spirituels ancestraux à la fois divers (« malbar », « malagasy », « kaf-yab ») et partagés intensément par tous les participants, quelle que soit leur histoire familiale.
Ces cérémonies très émouvantes ont prouvé à quel point la culture de l’union du peuple réunionnais dans la valorisation de sa diversité ancestrale est un atout à promouvoir pour construire une société harmonieuse, solidaire et responsable. Et ceci peut nous encourager à organiser dans tout le pays, en plus d’actions publiques, institutionnelles et associatives, des célébrations familiales de la Journée mondiale de la philosophie, car celle-ci « fournit la base conceptuelle des principes et des valeurs dont dépend la paix mondiale : la démocratie, les droits de l’homme, la justice et l’égalité », comme dit l’UNESCO.
Et comme « la philosophie contribue à consolider les véritables fondements de la coexistence pacifique et de la tolérance », « en proclamant la Journée mondiale de la philosophie, l’UNESCO souligne l’importance de cette discipline, surtout pour les jeunes ». En plus, ces célébrations familiales peuvent se dérouler sur des échanges de réflexions en faveur de l’amour de la sagesse, en particulier contre les violences intra-familiales, pour l’entente et le bon sens.

Roger Orlu