Alon filozofé

Journée mondiale de la philosophe : In biyé pou Lulu.

Julie Pontalba / 20 novanm 2020

Sa pa lo premié foi mi ékri in lartik dann zouanal témoignages po nout kamarade Lulu (Lucien ). Lote fois té pou son l’intervention ek bande marmaye dann collège Montgaillard, su la philosophie. Dayère mi invite à zot arlire lo lartik : « La philosophie à l’école ou l’école de la liberté », le 27 février 2013.

Pou ête honnête ek zot na lontan moin té y vé ékri in note lartik dessi Lulu. Parce ke Lulu, sé in monument dann nout péï, dann nout parti. A la, y tombe bien, lo 19 novamb, lé la zourné mondiale la philosophie.

Lulu lété in lamontrère (in professèr alors) en philosophie. Mé parce ke li la engage à li dann parti kominis, lo préfet, à lépok, la demande son expulsion, a li ek le père Reynolds Michel. Zot la fini par artourn La Rénion, mé ek la komplicité domoun ici, Lulu la gagne artrouve son travay lamontrère.

In boug sé in pa gouyave, si li la tombé y fo li lève, alors Lulu la pa perde la karte.
Ek son bande dalon, zot la crée lo « Cercle de philosophie Réunionnais » pou la promotion l’enseignement la philosophie ici. Lo cercle lé dan la valorisation nout pensée réunionnaise. Li fé in takon zafèr (conférences, expo, projection de film / débat, intervention dann lékol,...). A la in façon « philosophique » pou di l’administration kolonial : « respekt à nou ! ».

Lulu, sé ossi et sirtout in militant de la Koze de note péï. Li défend et li koz lo kréol rénioné (zot la romarké mi fé léfor fagote in kréol pou li, mêm si na point labitude ). Li koné mié ke moin l’hymne nout péï de Maximin Boyer et li milite pou drapo la Rénion partout oussak li sava. Kom toute bon kominis réyoné li kroi et li bataye pou la liberté nout pèp. « Arèt ek bande péï kolonialis po komande à nou, allons komande à nou, nou mêm ». A la in pé son philosophie, si mi trompe pa. Li lé in vré komminis Rénionné, y bataye pou son péï, son lidentité, son lotonomie, son liberté.

Zordi nout kamarade lé malade, nous di a li tienbo larg pa.

Julie PONTALBA.