Alon filozofé

Kisa nou lé é kosa nou fé ?…

Témoignages.re / 11 janvier 2019

Dans la continuité de notre précédent billet philo, nous vous invitons à poursuivre la réflexion sur les moyens de réaliser au mieux et au plus vite nos meilleurs vœux exprimés pour l’année 2019. Et à ce sujet, nous allons évoquer deux pistes : tout d’abord, celle de la question identitaire réunionnaise (kisa nou lé ?) et ensuite celle des actions à mener (kosa nou fé ?).

- Les écrivains, fonnkézèr, artistes et autres militants culturels ayant participé au grand « koktèl fonnkèr » du 5 janvier en hommage à Dédé Lansor -

De plus en plus de compatriotes répondent de façon constructive à ces questionnements, comme par exemple une bonne partie des Gilets Jaunes Péi qui militent sur le terrain en tant que Réunionnais contre les inégalités, les répartitions injustes des richesses dans le pays et l’absence de pouvoir de décision de notre peuple sur les questions fondamentales à La Réunion et dans notre région indianocéanique. Dans cet esprit, ils ont installé un stand devant la préfecture avec le drapo péi et cette banderole : « La kaz du peup réyoné ».

On peut citer aussi Piouf, ce chanteur du groupe Ségaté qui s’est présenté le 25 décembre dernier sur Antenne Réunion comme « in santèr angazé », « solidaire des Gilets Jaunes » parce que « nou la assé ! ». Nous citerons enfin le fait que lors du Conseil Consultatif Citoyen organisé le 5 janvier à Saint-Paul par des Gilets Jaunes et animé notamment par Pascal Lagrave, beaucoup de participants ont exprimé avec enthousiasme leur soutien aux propositions du PCR présentées par Philippe Yée Chong Tchi Kan pour la création d’une Conférence Territoriale Réunionnaise, élargie à toutes les forces vives du pays, afin de créer, décider et réaliser ensemble un projet global et cohérent de développement durable de La Réunion pour son bien commun.

« Plus de responsabilité »

Un autre exemple de cette dynamique populaire réunionnaise nous a été donné le même jour au Musée Stella Matutina de Saint-Leu, où l’Agence Komkifo, dirigée par Zakaria Mall, Maître en Sciences humaines et sociales, a organisé un grand ‘’Koktèl Fonnkèr’’ en hommage à Dédé Lansor, ce célèbre artiste et militant André Payet de son vrai nom, qui « encore en 2009 sortait un album intitulé ‘’Si fo lévé’’ ». Plus d’une vingtaine de fonnkézèz, de fonnkézèr et d’artistes comme Gaël Velleyen et Khala, présentés par l’auteur et comédien Kristof Lagromme, ont participé avec talent à ce kabar pour offrir au public « dans un moment de communion, une partie d’eux-mêmes, de l’âme réunionnaise qui les habite ».

Tous ensemble et de façon diverse, ils ont appelé les Réunionnais à rester fidèles aux combats de Dédé Lansor, « engagé pour la défense de la créolité, ayant milité pour l’écriture du créole réunionnais » et pour qui « la sèv nout lidantité i nouri la sèv limanité ». Voilà qui ouvre des perspectives à tous nos compatriotes qui sont heureux d’être Réunionnais et qui veulent « une nouvelle politique pour La Réunion avec plus de responsabilité pour un peuple libre », comme le souhaitait Paul Vergès.

Roger Orlu