Alon filozofé

Kosa i sèrv la spiritualité ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 22 mai 2020

Ce lundi 18 mai 2020, ‘’Témoignages’’ a publié un excellent article de Philippe Yée Chong Tchi Kan pour célébrer le 61e anniversaire de la création du Parti Communiste Réunionnais par Paul Vergès et ses camarades. Dans cet article, est notamment rappelé que « le PCR promeut le dialogue entre les peuples comme seule solution pour résoudre les conflits, notamment les contradictions issues des régimes post-coloniaux et du capitalisme débridé ». Ces valeurs fondamentales ont été mises en avant lors de plusieurs cérémonies spirituelles de grande importance organisées ces derniers jours et qui méritent d’y réfléchir pour les cultiver tous ensemble…

JPEG - 117.9 ko
Mgr Gilbert Aubry et Maximin Boyer à la Journée Réunionnaise de la Fraternité, organisée par le G.D.I.R. au Parc du 20 Désanm de Saint-Leu le dimanche 28 septembre 2014.

D’abord, nous rappelons un événement culturel extraordinaire diffusé le dimanche 19 avril sur la télé de Réunion 1ère : un ‘’Magazine spirituel inter-religieux’’. Cette émission a été réalisée par le GDIR (Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion), présidé par Idriss Issop-Banian, où des représentants des diverses communautés religieuses réunionnaises nous ont fait part de réflexions très riches pour cultiver des valeurs humaines fondamentales (voir le billet philo de ‘’Témoignages’’ du 24 avril).
Au même moment, le ‘’Journal de Paul Hoarau’’ (N°149 du 13 au 20 avril) a publié des réflexions sur la spiritualité, où il déclare notamment : « Le monde spirituel fait partie de ces composantes dont La Réunion a besoin pour la bonne marche de notre société et le meilleur bonheur de ses habitants ».

« La force de la solidarité »

Il faut signaler aussi que le GDIR a fait le relai d’un appel très important : « Face à la grave crise mondiale causée par le Covid-19, le Haut Comité pour la Fraternité Humaine a décidé de faire du 14 mai une journée mondiale de prière, de jeûne et d’œuvres de charité pour panser les plaies d’une humanité bouleversée et meurtrie par la pandémie ». À cette occasion, le GDIR a appelé « de ses vœux l’édification d’une société réunionnaise toujours plus solidaire, harmonieuse et fraternelle ».
Ensuite, au nom du GDIR, Idriss Issop-Banian a transmis aux Réunionnais l’invitation du Collectif “Journée Internationale du Vivre Ensemble en Paix” (JIVEP) pour célébrer cet événement le 16 mai ainsi que le Manifeste pour le Vivre Ensemble en Paix. Et ce collectif rappelle avec raison qu’« un virus peut avoir une incidence, quasi immédiate, sur des milliards de foyers. Nous ne pourrions toutefois nous contenter de ce simple constat ; il appartient à chacun de nous d’agir et de démontrer la force de la solidarité et des liens qui nous unissent ».

« An dalonaz »

Cela va dans le sens dans ce qu’a déclaré le célèbre écrivain réunionnais Jean-François Samlong, président de l’Union pour la Défense de l’Identité Réunionnaise (UDIR), dans une belle interview (‘’Le Quotidien’’ du 17 mai) : « Pour rebondir face à la crise, il faut qu’il y ait une prise de conscience sur le plan planétaire en adoptant d’autres règles ». Et il ajoute : « La vérité c’est qu’il faut travailler mieux, vivre mieux, consommer mieux, se soigner mieux, s’aimer mieux. L’équilibre humain et celui de notre planète ne passe pas par la course au profit (…) mais par la course vers une plus grande solidarité (prospérité mieux partagée). Tel est le but de la vie. Tel est le défi de notre siècle ! ».
Cela correspond à ‘’L’hymne à La Réunion’’ (poème d’Idriss Issop-Banian, mis en musique en octobre 2017 par Maximin Boyer, décédé le 26 juillet 2018), qui met en avant toutes les richesses spirituelles ancestrales rénionnaises : « Alléluia ! Alléluia !… Sidiamm ! Sidiamm !… Namasté ! Vanakkam !… Huang ying !… Mar’haba ! Assalaame mar’haba !… ». Et il conclut :« Alon met la min ansanm pou bann marmay i lev, pou zot gingn viv an pé isi La Rénion ! An dalonaz ». Voilà à quoi peut servir la spiritualité !

Roger Orlu