Alon filozofé

L’importance de la promotion de nos cultures ancestrales

Billet philosophique

Roger Orlu / 6 mars 2020

Comme le dit ‘’Hymne à La Réunion’’, le merveilleux poème d’Idriss Issop-Banian (1991), traduit en kréol par le poète Patrice Treuthardt et mis en musique sur un CD en octobre 2017 par le groupe Kayanmbé avec Maximin Boyer, « La Rénion nout paradi (…) out non lé kom in zapel pou nou viv dann in péi an dalonaz ; destin bondié lanminn tout zanfan la ter dann gran milié loséan indiyin kom in salvert kouler lamour ». Pour faire connaître des compatriotes qui cultivent ces valeurs fondamentales, nous citerons deux événements du samedi 29 février dernier.

JPEG - 87.1 ko
Les organisateurs et partenaires de la ‘’Journée Thiruvalluvar’’.

Tout d’abord, il y a eu une conférence d’un grand philosophe réunionnais, Farouk Issop, à la bibliothèque intercommunale Alain Peters au Moufia, avec l’association Cultures du Monde, sur ‘’Saint Augustin sur les traces du prophète Mohammad’’. Ce fut l’occasion de tisser des liens idéologiques très intéressants entre Saint Augustin (354 - 430 ap. J.-C. en Algérie), un philosophe et théologien chrétien, et Mohammad (571 – 632 ap. J.-C. en Arabie saoudite), prophète et fondateur de l’islam, avec de nombreuses citations de ces deux religieux.
Farouk Issop a notamment souligné « la similitude entre le parcours de Saint Augustin et de Mohammad pour une philosophie de bienveillance, pour la prise de conscience de l’importance de la solidarité et pour une philosophie de l’amour au-delà de nos contradictions ». Il a aussi montré les liens entre les valeurs chrétiennes et musulmanes mais aussi hindouistes, tao, bouddhistes, juives, africaines, etc. ainsi que celles défendues par des philosophes non-croyants comme Simone de Beauvoir, Albert Einstein. Cela nous fait penser à Paul Vergès qui, tout en se proclamant athée, a créé au Port un parc inter-cultuel unique au monde.

« An dalonaz »

L’autre événement à citer est la célébration, à la mairie de Saint-Denis par le Consulat Général de la République de l’Inde et l’association Tamij Sangam, de la Journée consacrée à Thiruvalluvar, ce grand philosophe et poète tamoul du 1er siècle avant J.-C., dont le texte de 1.330 dictons a « une portée universelle » par « sa culture de la sagesse et de l’amour » selon les organisateurs. Le public très nombreux à cette célébration a beaucoup apprécié les interventions de ces organisateurs et de leurs partenaires qui ont ouvert la séance (le Consul de l’Inde, le président de Tamij Sangam, l’adjoint au maire délégué à la Culture, le représentant du Rassemblement Mondial des Indiens et le président du Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion), mais aussi les nombreuses citations de Thiruvalluvar, les prestations musicales, danseuses et poétiques valorisant la langue et la culture tamoule.
Nous citerons aussi l’intervention de James Macdonald, un étudiant irlandais de l’Université de La Réunion, qui a notamment rappelé l’œuvre accomplie par le philosophe alsacien, pasteur protestant, médecin humanitaire (Lambaréné au Gabon) et prix Nobel de la Paix, Albert Schweitzer, pour faire connaître dans le monde entier les pensées de Thiruvalluvar comme la culture de « la maîtrise de soi » et « éviter les préjugés ». Enfin, citons Idriss Issop-Banian, président du GDIR, pour qui « La Réunion est un petit pays mais un continent de sagesse » où nous devons continuer à promouvoir nos cultures ancestrales pour renforcer l’harmonie et la fraternité du peuple réunionnais. C’est le sens de la dernière strophe de son poème ‘’Hymne à La Réunion’’ à faire connaître au maximum : « Ansanm ansanm zanfan nout Péi tout-kouler, si lo pti bout la ter bondié la doné, alon met la min ansanm pou bann marmay i lev pou zot gingn viv an pé isi La Rénion ! An dalonaz ».

Roger Orlu