Alon filozofé

« L’ouverture aux autres »

Billet philosophique

Roger Orlu / 20 septembre 2019

Dans une tribune libre publiée la semaine dernière en « soutien au Docteur David Mété », le philosophe réunionnais Radjah Véloupoulé a souligné que « les pouvoirs publics ne réagissent toujours pas à la publicité scandaleuse des marques qui vantent des produits mortifères, et l’économie réunionnaise se montre sous un visage suicidaire pour cautionner des monopoles qui œuvrent depuis l’époque coloniale. L’argent fait la loi… ».

Cette analyse de notre société a été confirmée vendredi dernier lors de la rencontre organisée par l’AID (Association Initiatives Dionysienne), présidée par Aline Dagut, où le Dr Bruno Bourgeon a présenté un documentaire et animé un débat sur le livre ‘’Crépuscule’’ paru en France il y a quelques mois et qui a eu un grand succès. Dans la présentation d’AID, cet ouvrage de l’avocat et essayiste Juan Branco « nous fait sentir la dérive de notre république vers un pouvoir qui ne relève plus de la chose publique (‘’res publica’’ en latin) mais de la chose privée d’un certain nombre d’oligarques de l’ombre usant de la puissance conférée par le pouvoir de l’argent ».

Et AID conclut : « Le livre est surtout un appel au ralliement : une nouvelle génération nous demande de la rejoindre pour tenter quelque chose de nouveau, une création, une recherche, une découverte, une invention. Allons-nous l’écouter ? Lisons ce livre et suivons nos enfants : ils sont la flèche et nous sommes l’arc ! Retrouvons-nous pour imaginer l’avenir que les citoyens doivent construire car personne ne le fait à leur place ! ». Un appel qui va dans le sens de celui lancé par le secrétaire général du PCR, Yvan Dejan, avec Julie Pontalba à l’occasion de la visite de la ministre des Outre-mer : « il faut assurer le rassemblement de toutes les forces vives du péi pour répondre aux problèmes réunionnais ».

« Byin viv ansanm an frèr »

Afin d’assurer au plus vite et au mieux cette union du peuple réunionnais pour construire de façon libre et responsable un projet commun et global de développement durable à La Réunion, on peut s’inspirer des réflexions exprimées par le philosophe réunionnais Farouk Issop lors de sa belle conférence de samedi dernier au Moufia sur ‘’Siddharta ou la quête de l’absolu’’. Ce fut notamment l’occasion de faire connaître le parcours admirable et les valeurs humaines fondamentales cultivées au 6ème-5ème siècle avant Jésus-Christ dans plusieurs pays d’Asie par Siddharta Gautama dit Bouddha (‘’l’Éveillé’’), dont celle-ci : « Tout bonheur en ce monde vient de l’ouverture aux autres ; toute souffrance vient de l’enfermement en soi-même ».

Farouk Issop a aussi montré par de nombreuses citations les liens entre les pensées de ce philosophe et moine bouddhiste tibétain et celles de penseurs du monde entier, dont celles de prophètes religieux et philosophes (musulmans, chrétiens, hindouistes, confucianistes, marxistes etc…) pour qui « l’âme domptée assure le bonheur », comme l’a dit Siddharta. Et dans cet esprit, le conférencier a expliqué à quel point il est important de « cultiver l’amour de la lumière, de la sagesse, de la responsabilité de chacun, du sens de la vie. Alon mèt ansanm pou ko ni avans ».

Cet appel de Farouk Issop nous encourage à entendre l’invitation du Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion (GDIR) à participer à la 11ème Journée Réunionnaise de la Fraternité le dimanche 29 septembre prochain à La Plaine des Cafres afin de prouver que « nout tout lé kapab byin viv ansanm an frèr » pou konstrui nout avnir.

Roger Orlu