Alon filozofé

L’union pour la justice et la paix

Billet philosophique

Roger Orlu / 28 février 2020

Comment contribuer au mieux au combat pour la justice et la paix à La Réunion et dans le monde ? Certains vont dire : c’est une utopie. Mais dans le livre de la philosophe réunionnaise Brigitte Croisier publié en 2007 et consacré aux pensées universelles de Paul Vergès, le fondateur du Parti Communiste Réunionnais nous explique comment passer « du rêve à l’action ».

JPEG - 121.6 ko
Firose Gador avec ses camarades du Port pour exprimer leur solidarité avec l’intersyndicale à la manifestation du jeudi 20 février.

Concrètement, pour aller dans ce sens, nous citerons un exemple de militants réunionnais qui restent fidèles aux combats de Paul Vergès : la mobilisation des Portoises et des Portois avec Firose Gador, la candidate du rassemblement autour du P.C.R. lors des élections municipales du 15 mars prochain, qui prône l’union pour les valeurs fondamentales comme la priorité au bien commun plutôt que les divisions et les trahisons liées aux ambitions personnelles. Face à l’égocentrisme, Firose Gador et son équipe s’engagent « sur des principes, des valeurs de justice sociale, de transparence et d’égalité » pour faire avancer « la solidarité avec les pauvres » et « une population actrice du développement de son pays » ; tout cela « avec détermination, calme et sérénité ».

Afin de passer des paroles aux actes, Firose Gador est allée avec une forte délégation de la Section communiste du Port le jeudi 20 février au Port Est, où s’est déroulée une manifestation de l’intersyndicale contre le projet gouvernemental injuste sur la retraite. Et les camarades ont exprimé avec force leur solidarité avec les travailleurs qui se battent contre la mise en cause de ce droit fondamental instauré en 1945 grâce aux combats notamment de Pierre Semard, secrétaire général de la Fédération des cheminots CGT, premier secrétaire général du Parti communiste français ; ce militant pour la France libre a été livré par Vichy aux nazis, qui l’ont fusillé en 1942, et sa statue a été remise en place par Paul Vergès près de la mairie du Port après son élection en 1971.

La dénucléarisation de notre région

Autre exemple de l’union pour la justice et la paix : la conférence tenue ce mercredi 26 février dans l’amphi Élie à l’Université de La Réunion par André Oraison, professeur des Universités, juriste, politologue et membre du Mouvement Réunionnais pour la Paix (présidé par Julie Pontalba), sur le thème : ‘’Plaidoyer pour l’émergence d’un nouveau concept de « zone de paix » dans l’océan Indien’’. À cette occasion, André Oraison a notamment rappelé que « ce souhait a été formulé par le Sri Lanka, qui a fait voter le 16 décembre 1971 la résolution 2832 par l’Assemblée générale des Nations Unies » et que « ce concept de zone de paix implique le démantèlement des bases militaires des grandes puissances extrarégionales présentes dans l’océan Indien ainsi que la création d’une zone exempte d’armes nucléaires ».

C’est pourquoi il a notamment plaidé en faveur d’un traité conventionnel et international sur la dénucléarisation de notre région, comme cela s’est déjà fait ailleurs, notamment en Afrique. Et pour atteindre cet objectif, comme l’ont expliqué plusieurs participants au débat, dont Julie Pontalba et Mathieu Raffini, il faut la concertation et l’union entre les peuples pour se libérer de toute forme d’impérialisme et de colonialisme, afin d’en finir avec la compétition et l’exploitation des humains, pour aller vers un co-développement durable, équitable et solidaire.

Roger Orlu