Alon filozofé

L’union pour la souveraineté du peuple réunionnais

Billet philosophique

Roger Orlu / 19 octobre 2018

Il y a 3 semaines, dans cette chronique, nous avons mis en avant ce concept cultivé à La Réunion par Swami Atmananda Udasin, à l’invitation de l’Association Réunionnaise des Relations et Créations Culturelles : la non-dualité, prônée par la tradition philosophique indienne de l’Advaita Védanta. Face aux diviseurs de notre peuple qui cultivent plutôt les duels entre Réunionnais pour mieux les exploiter, polluer et dominer, nous allons aujourd’hui présenter de nouvelles réflexions créoles qui vont dans le sens inverse.

JPEG - 134.1 ko
Zanmari Baré sur le parvi des Droits de l’Homme à Champ-Fleuri lors de la Journée mondiale du refus de la misère le 17 octobre.

Tout d’abord, nous allons évoquer la conférence tenue le samedi 13 octobre à la bibliothèque Alain Peters du Moufia par le philosophe réunionnais Farouk Issop sur ‘’la passion de Halladj Mansûr’’, un poète soufiste persan du 10e siècle, victime de répressions par les dogmatiques. Et comme l’a dit Farouk Issop, ce grand penseur a notamment milité pour « l’unicité dans la multiplicité, afin de cultiver l’alternance et l’intelligence profonde ».
Autre exemple de cette culture de l’union dans la diversité — ‘’l’uni-diversité’’, comme nous a dit Reynolds Michel, président de l’E.P.I. (Espace pour Promouvoir l’Inter-culturel) — : l’homélie du Père Clément à la cathédrale de Saint-Denis le dimanche 14 octobre lors d’une messe en hommage à Aude-Emmanuelle Hoareau, ancienne présidente du Cercle Philosophique Réunionnais, décédée en octobre 2017. Lors de cette cérémonie religieuse très touchante, le prêtre a notamment appelé ses fidèles à être « tous ensemble humbles et doux pour prendre la voie de la sagesse » et à « lutter contre la pauvreté et pour la paix sur terre », en n’oubliant pas que « les propriétaires des richesses n’auront pas droit au royaume de Dieu ».

« Dann kèr toute lo pèp rénioné »

Ces valeurs fondamentales à mettre en œuvre ont été également évoquées lors des deux jours de ‘’Kabar anniversaire de la sortie du premier 45 tours Maloya’’ organisé les 12 et 13 octobre dans la cour Yvrin Lagarrigue (23 allée Ognard de la Ligne Paradis à Saint-Pierre) avec de nombreux artistes qui ont souligné à quel point « lo maloya, devenu patrimoine mondial de l’humanité, lé dann kèr toute lo pèp rénioné ». Parmi ces artistes, Danyèl Waro a félicité chaleureusement le président du Parti Communiste Réunionnais, Élie Hoarau, parrain de ce kabar, pour les combats de son organisation à ce sujet ainsi que pour son appel à l’union sans exclusive en faveur de la souveraineté du peuple réunionnais dans son pays.
Un autre artiste réunionnais que nous citerons à propos de la solidarité réunionnaise afin de relever les défis du développement durable est Zanmari Baré, qui est venu exprimer avec talent son soutien au mouvement ATD Quart-Monde de La Réunion pour célébrer ce mercredi à Champ-Fleuri la Journée mondiale du refus de la misère. Une célébration marquée par de nombreux appels à l’union pour libérer les plus démunis du non-respect de leurs droits et de leur dignité mais aussi pour faire respecter le droit du peuple réunionnais à commander son pays, comme le dit un des chants de Zanmari Baré.

Roger Orlu