Alon filozofé

La bataille des idées

Billet philosophique

Roger Orlu / 30 mai 2008

Jeudi dernier à l’Université Solidaire de la Mutualité de La Réunion, plus de 70 personnes ont participé à la conférence-débat animée par le philosophe réunionnais Radjah Véloupoulé sur la non-violence. J’ai pu y rencontrer Paul Junot, secrétaire général de la CFTC. Nous nous sommes revus quelques jours plus tard et il m’a remis un ouvrage d’une centaine de pages, paru à la fin 2005, sous le titre : “La révolution capitale. Le retour à l’essentiel”. Paul Junot y écrit : « S’il n’y avait qu’une chose à retenir de ce livre, c’est la capacité pour les travailleurs de changer le monde et de rendre à l’être humain toute la place qui est la sienne au cœur du système économique ».
Le « parcours initiatique et révolutionnaire » préconisé par cet ouvrage commence par une évocation de la réalité réunionnaise, qui préoccupe fortement le militant syndical. Pour lui, « ne rien faire, c’est programmer inévitablement l’explosion sociale et d’autres crises à venir ».
Dans un chapitre intitulé “La Réunion malade du capitalisme”, Paul Junot affirme que « La Réunion est malade, anémiée par une doctrine économique qui n’est pas adaptée à son développement, à laquelle s’ajoutent des mensonges qui empêchent de bien comprendre sa maladie. Il est vrai que ceux qui doivent la soigner en retirent un certain profit et que leurs intérêts propres se situent à l’opposé de sa guérison ».

Cette analyse fait penser à la conférence qui s’est déroulée les 17 et 18 mai à Paris à l’initiative du groupe de la Gauche unitaire européenne du Parlement Européen, avec la participation de l’association Espaces Marx, sur le thème : “Ce que nous attendons aujourd’hui de la gauche en Europe”. (1) Parmi les 30 intervenants à cette conférence, on peut citer Josep Borrell, ancien président du Parlement Européen, pour qui « l’Afrique va périr si l’on continue à lui imposer un échange sur des bases inégales. On le voit avec la crise alimentaire ».
Citons également le philosophe Régis Debray, qui dénonce le « tout à l’ego » et la « flambée individualiste » de nos sociétés. Face à une demande générale de « régulation » dans le monde, il estime que la gauche européenne « au fond, rallie l’empire ; nous avons en France un PS pro-impérialiste ».
Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des Droits de l’Homme, souhaite « de nouveaux liens entre partis politiques et mouvement social en s’appuyant sur les luttes menées en commun », tandis que pour Aurélie Trouvé d’ATTAC, le prochain Forum social européen sera « le cadre d’un début de dialogue permanent ».

Un dialogue à conforter entre les forces vives de La Réunion, afin de lutter efficacement contre les causes des souffrances de nombreux Réunionnais. Ces souffrances ne sont pas suffisamment prises en compte par les décideurs parisiens - et leurs relais locaux - qui détiennent les principaux pouvoirs en matière économique, politique, administrative et médiatique. D’où les conséquences évoquées par le sociologue Laurent Médéa mardi soir à Saint-Pierre, lors d’une conférence-débat organisée par Les Amis de l’Université.
Le président du Cercle Philosophique Réunionnais a notamment décrit les liens entre l’Histoire de La Réunion et la délinquance des jeunes dans les quartiers dits populaires. Une Histoire marquée par de terribles violences sociales à l’égard de la majorité de la population, à travers l’esclavage, l’engagisme et les différentes formes ou survivances de la colonisation.
Ces survivances se traduisent aujourd’hui notamment à travers les multiples fractures et discriminations ethno-culturelles et sociales. C’est le chômage, l’exclusion, la précarité, le manque de logements, l’illettrisme, la pauvreté, les inégalités de revenus, l’absence de perspective dans un projet de vie professionnelle, familiale et sociale, la non-reconnaissance identitaire, l’irresponsabilité etc...
Philosopher en Réunionnais, c’est analyser cette réalité pour la transformer. C’est dialoguer et mener la bataille des idées pour remettre en cause un “ordre” injuste.

Roger Orlu

(1) voir le site www.100voixpourlechangement.eu{

* Envoyez vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble...! temoignages@wanadoo.fr