Alon filozofé

Le combat pour la démocratie

Billet philosophique

Roger Orlu / 16 août 2019

Dans le cadre du combat pour un monde de justice et de paix évoqué vendredi dernier dans cette chronique é pou nou « gingn viv an pé isi La Rénion ! An dalonaz » (voir ‘’L’hymne La Réunion’’ de Idriss Issop-Banian, Patrice Treuthardt et Maximin Boyer), une des questions fondamentales à résoudre est : qui décide quoi, dans quel but et au service de qui dans le monde, dans l’Indianocéanie é dan nout péi, La Rénion ?

JPEG - 40.7 ko
L’intervention de Rachadi Kaldasse (DU République et Religion) aux côtés de Dominique Carrère (CCEE), Jean-Philippe Watbled, Bernard Reber, Idriss Issop-Banian (GDIR) et Mgr Gilbert Aubry.

Cette question politique du pouvoir de décision des citoyennes et citoyens du monde entier a été évoquée par plus d’une vingtaine de nos compatriotes le vendredi 9 août dernier à Saint-Denis lors d’un débat organisé par l’AID (Association Initiatives Dionysiennes) et animé par Bruno Bourgeon sur le livre de Fred Vargas paru en mai dernier et intitulé ‘’L’Humanité en péril’’. Cet essai, sous-titré ‘’Virons de Bord, toute’’, est un très fort cri d’alarme « sur l’avenir de l’Humanité au travers des exactions que l’Homme commet contre le climat, la planète, la biodiversité ; la vie, quoi ! ».

Comme le dit la présentation de cette conférence-débat, la chercheuse au CNRS « Fred Vergas arrive en petit colibri face aux consciences politiques » pour « nous rappeler que le pire nous menace si rien ne change ». Et pour cultiver à la foi l’espoir et l’engagement, elle ajoute : « Les espérantistes, misant sur la prise de conscience grandissante des populations, fustigent évidemment l’inertie des gouvernements successifs depuis 40 ans, leurs liens politico-financiers avec les grands lobbies », qui sont vraiment les commandeurs.

Conférence Territoriale Élargie

Cette alerte sur la menace qui pèse sur la vie de l’humanité a été confirmée la veille par le rapport du GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Évolution du Climat) et elle a été rappelée par plusieurs intervenants lors du colloque organisé ce 12 août à Saint-Denis par l’Association Océan Indien de Science Politique (AOISP) avec le philosophe Bernard Reber ainsi que plusieurs partenaires sur le thème "Démocratie délibérative et considération au prisme de l’analyse du Grand débat national et des stratégies du Dialogue inter-religieux’’. Les partenaires de l’AOISP, présidée par Christiane Rafidinarivo, étaient le Laboratoire de recherche sur les espaces Créolophones et Francophones (LCF Université de La Réunion), le Conseil de la Culture, de l’Éducation et de l’Environnement (CCEE), le Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion (GDIR), DU République et Religion (Université de La Réunion) et New Horrizon.

Ces représentants de la société civile ont expliqué de façon pertinente pourquoi il est important et urgent de mettre en œuvre « une démocratie délibérative » à La Réunion pour résoudre nous-mêmes les problèmes économiques, sociaux, environnementaux, culturels, éducatifs etc… du pays. Et pour aller dans ce sens, Mgr Gilbert Aubry a rappelé qu’« il faut réunir la Conférence Territoriale Élargie d’Action Publique pour La Réunion, en l’élargissant au maximum pour un projet commun réunionnais mis en œuvre par le peuple réunionnais ».

Roger Orlu