Alon filozofé

Les dépenses militaires mondiales : un nouveau crime contre l’humanité ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 30 décembre 2016

Voilà de quoi réfléchir ! Ce 20 décembre 2016, lors de la célébration de l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage à La Réunion en 1848, plusieurs personnalités réunionnaises ont lancé des appels à la vigilance sur les nouvelles formes de ce crime contre l’humanité aujourd’hui chez nous et ailleurs dans le monde.

JPEG - 77.2 ko
Idriss Issop-Banian, président du GDIR.

Ce fut le cas, par exemple, de Mgr Gilbert Aubry, qui lors de sa traditionnelle messe du 20 décembre en l’honneur du frère Scubilion, un religieux anti-esclavagiste, a attiré l’attention sur « quatre formes d’esclavage moderne ». Il s’agit du « bruit », de la « surconsommation », de « l’impatience et la satisfaction immédiate des pulsions » et des « comportements magico-religieux ».

Parmi ces « comportements et manières de penser » qui font partie des « chaînes de l’esclavage aujourd’hui » dénoncées par l’évêque réunionnais, une ‘’amie de la philo à La Réunion’’ nous a fait part de cette « folie » des 35 chefs d’État qui ce 24 décembre ont refusé de voter à l’Assemblée Générale des Nations Unies la résolution prévoyant de « faire avancer les négociations multilatérales sur le désarmement nucléaire ». L’État français fait partie de ces opposants à la rédaction d’un Traité d’interdiction des armes nucléaires en 2017.

1 % des dépenses militaires mondiales pour les OMD

Cela est d’autant plus scandaleux, comme le dénonce un Mouvement de la Paix en France, que les dépenses militaires mondiales ont atteint des « records d’indécence » ces dernières années, avec 1.800 milliards de dollars en 2015. Or cette même année, « l’aide internationale pour les réalisations des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) a atteint péniblement 20 milliards de dollars, soit seulement 1 % des dépenses militaires mondiales ».

Or les OMD concernent notamment « la lutte contre la faim dans le monde, contre la mortalité infantile, pour le développement de la scolarité au primaire et autre ». Et ces dépenses militaires des profiteurs pourraient éviter les famines qui tuent 1 enfant toutes les 7 secondes, en permettant aussi de « loger convenablement tous les sans domicile fixe qui couchent dans la rue et tous les mal logés de la terre entière ». De ce fait, les dépenses militaires mondiales ne sont-elles pas un nouveau crime contre l’humanité ?

« Halte à la course au néant »

D’où l’importance de ces réflexions dont nous a fait part Élie Hoarau, le président du P.C.R. : « Nous devons dénoncer le recours à la force pour régler les conflits ; il faut causer avec leurs auteurs car, comme le dit le Pape François, il n’y a pas d’autre voie que la diplomatie ». Et comme le dit Jean Ferrat dans sa chanson ‘’Paix sur terre’’, « Nous ne voulons plus de guerre - Nous ne voulons plus de sang - Halte aux armes nucléaires - Halte à la course au néant - Devant tous les peuples frères - Qui s’en porteront garants - Déclarons la paix sur terre – Unilatéralement ».

À noter aussi ces réflexions d’Idriss Issop-Banian, un autre grand penseur réunionnais, président du Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion (GDIR) qui a transmis pour Noël ce message aux amis de son mouvement : « Beaucoup d’entre nous s’apprêtent pour le réveillon. Nos amis chrétiens célébreront Noël alors que nos amis juifs débuteront la célébration de Hanoukka qui dure huit jours. Les lampions du sapin et les bougies de la ménorah vont se faire des clins d’œil. Chrétiens et juifs vont célébrer la victoire de la lumière et l’avènement de l’espérance. Que vos cœurs soient inondés de sérénité et de paix ! Soyons tous des artisans de paix et d’espérance »… face aux nouveaux crimes contre l’humanité.

Roger Orlu