Alon filozofé

Ousa la liberté lo pèp rénioné zordi ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 29 décembre 2017

JPEG - 50.9 ko
Omar Issop-Banian et Danielle Moussa.

À l’occasion de ce 20 décembre, plusieurs compatriotes ont rappelé qu’il a fallu se battre pendant plus de cent ans pour pouvoir célébrer officiellement l’abolition officielle de l’esclavage à La Réunion par la Fèt Kaf, Fête Réunionnaise de la Liberté. Et d’autres nous ont appelé avec pertinence à réfléchir sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour construire une société réunionnaise libre, harmonieuse, solidaire et responsable…

La conférence tenue vendredi dernier à Saint-Denis par le poète et écrivain réunionnais Omar Issop-Banian avec Danielle Moussa, une responsable du Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion, nous a donné beaucoup d’éclairages à ce sujet. En effet, lors de cette conférence, furent présentés — avec de belles pensées et photos de lieux de mémoire — de nombreux ‘’itinéraires spirituels’’ sur plusieurs continents (Afrique, Asie, Europe), avec notamment « les richesses de la civilisation musulmane et du dialogue des cultures ».

À cette occasion, Omar Issop-Banian a notamment évoqué les liens fraternels et parfois guerriers qui ont marqué depuis des dizaines de siècles l’histoire des peuples en termes religieux et politiques, au point qu’il lance cet appel dans un poème cité par Danielle Moussa : « Puisse la Terre ne jamais subir l’ego dévastateur des hommes ». Et il a conclu : « pour faire face aux injustices et aux guerres actuelles, nous devons cultiver notre mémoire historique ».

« Enfants du Bénin debout ! »

Pour aller dans ce sens, une amie de la philo à La Réunion nous a transmis la dernière ‘’Lettre du Professeur Henri Joyeux’’, où ce chirurgien des hôpitaux parle d’un voyage qu’il vient d’effectuer au Bénin à l’invitation du Centre International de la Paix, des Droits Humains et de la Solidarité Universelle, et où il appelle « l’Afrique un réservoir de vitalité et de sagesse au service de l’humanité tout entière. Là est l’avenir ! » en raison notamment de son agro-écologie. Et il pose la question : « La nouvelle colonisation sera-t-elle plus néfaste que la précédente ? », en avertissant ses « chers amis Africains : ne vous laissez pas acheter, corrompre par des multinationales qui vous leurrent sous des aspects généreux ».

Pour le Professeur Henri Joyeux, « les néo-colonisateurs cherchent à exploiter les ports et les sous-sols africains, le sol et les hommes et femmes qui y vivent, car ils représentent un marché potentiel gigantesque ». Et il conclut son journal en citant l’hymne national béninois, dont le refrain proclame : « Enfants du Bénin debout ! La liberté d’un cri sonore chante aux premiers feux de l’aurore ».

‘’La liberté aujourd’hui’’

Cette problématique a été évoquée le jeudi 21 décembre dernier à la Médiathèque Intercommunale Aimé Césaire de Sainte-Suzanne, où le directeur, Jimmy Rivière, a invité le Cercle Philosophique Réunionnais à animer un kozman filo sur le thème : ‘’La liberté aujourd’hui’’. À cette occasion, il y eut des échanges très intéressants sur des questions comme : le problème de fond, pour construire un monde libre, « un monde d’amour, de justice et de paix » n’est-il pas le système économique, social, culturel et institutionnel capitaliste qui domine la planète ?

Autres sujets évoqués : Faut-il soutenir la coopération, la solidarité et le partage équitable des revenus ou la concurrence et la compétition pour le profit maximum des plus riches ? Qui domine La Réunion et le monde aujourd’hui ? Comment nous en libérer ? Qui décide quoi dans notre pays, dans notre région et au niveau mondial ? Que faire pour devenir des citoyens libres et responsables ? Allons donc voir ensemble ousa i lé la liberté lo pèp rénioné zordi é kosa nou fé ansanm pou libèr nout péi…

Roger Orlu