Alon filozofé

Priorité à l’union face au colonialisme

Billet philosophique

Roger Orlu / 5 juillet 2019

Comment se comporter les uns avec les autres, comment se donner la main pour continuer à résister aux nouvelles oppressions et injustices coloniales dont est victime le peuple réunionnais depuis 356 ans ? Ce sont des questions essentielles auxquelles nous ont fait réfléchir — de diverses façons — trois acteurs compétents lors d’interventions publiques la semaine dernière.

JPEG - 59.9 ko

Tout d’abord, cela s’est fait de façon journalistique le jeudi 27 juin à Saint-Denis lorsque Laurent Decloitre, correspondant réunionnais de plusieurs journaux de France — notamment ‘’Libération’’ — et formateur de journalistes à l’Université de La Réunion, a présenté au public des dizaines d’articles qu’il a publiés sur des épreuves pénibles vécues par les peuples de l’Indianocéanie. Ces articles nous font réfléchir sur les problèmes de nos sociétés, comme par exemple « les fous enchaînés dans les caves des Comores ; ces Réunionnais qui fouillent dans des décharges pour se nourrir ; le projet avorté d’autonomie énergétique de notre pays ; notre jeunesse en déshérence ; ces fonctionnaires qui tentent le tout pour le tout pour éviter ‘’l’exil’’ en France ; les parcours chaotiques et insolites de certains de nos élus… ».

Ces questionnements ont également été évoqués, mais de façon humoristique, le samedi 29 juin au Téat Plein Air de Sinzil par le génial humoriste réunionnais Thierry Jardinot, qui a présenté un très beau spectacle intitulé ‘’La voix mon péi’’, où il a moukaté — entre autres — celles et ceux qui méprisent l’identité réunionnaise et la langue créole. Il a également dénoncé avec un humour talentueux les injustices dont sont victimes les plus pauvres et les migrants à La Réunion et sur plusieurs de ses sujets il a donné par imitation la voix à ‘’Paul Vergès l’immortel’’, comme dit Gilles Bojan dans son livre de 2016.

Non aux polémiques stériles

Enfin, nous citerons l’approche politique de ces problèmes par le militant anti-colonialiste africain Kémi Séba lors sa visite à La Réunion la semaine dernière, avec les échanges constructifs qu’il a eus avec nos compatriotes pour soutenir les combats du peuple réunionnais contre le système néo-colonial en place dans notre pays ainsi que ses prises de positions anti-capitalistes. Ainsi, lors de sa conférence publique tenue à la Salle Candin de Saint-Denis le vendredi 28 juin, le public très nombreux a beaucoup apprécié les interventions du leader de l’ONG Urgences Panafricanistes (URPANAF), qui a notamment exprimé sa solidarité avec les Réunionnais qui se battent pour la reconnaissance de l’identité spécifique de leur peuple et pour le respect de leurs droits humains. Il a également souligné que « c’est un combat universel à mener pour libérer les opprimés du système colonial actuel » et que « nous devons nous unir pour bousculer l’ordre établi marqué par les discriminations ethniques et sociales, les pillages, les pollutions et autres injustices ».

Lors de cette rencontre très chaleureuse, Julie Pontalba a pris la parole pour rappeler que le PCR va continuer son combat de 60 ans pour rassembler le peuple réunionnais en faveur de sa responsabilité et pour de nouvelles avancées en faveur d’un co-développement régional solidaire entre les peuples frères de l’Indianocéanie, de l’Afrique et de l’Asie. Et pour dire non à toute forme de sectarisme ou de communautarisme, non aux polémiques stériles, oui aux échanges d’idées et aux débats constructifs pour un projet réunionnais libre et responsable.

Roger Orlu