Alon filozofé

Priorité à la libération du peuple réunionnais !

Billet philosophique

Roger Orlu / 28 septembre 2018

Pendant 20 semaines, nous avons consacré cette chronique hebdomadaire philosophique de ‘’Témoignages’’ à l’actualité de la pensée de Karl Marx vue par 3 penseurs réunionnais et exposée le 4 mai dernier à Sainte-Suzanne pour célébrer à La Réunion le 200e anniversaire de sa naissance. Après avoir pu apprécier à ce sujet les réflexions d’Élie Hoarau, président du Parti Communiste Réunionnais, de Brigitte Croisier, professeure agrégée de philosophie, et de Ho Hai Quang, maître de conférences d’économie à l’Université, nous continuons à réfléchir ensemble sur l’avenir du peuple réunionnais et de l’humanité…

JPEG - 45.6 ko
Jessie Caro et Gilles Leperlier.

À ce propos, nous voudrions d’abord citer les réflexions très pertinentes dont vient de faire part aux Réunionnais depuis le 15 septembre à l’ashram du Port et puis dans d’autres communes Swami Atmananda Udasin, invité par l’Association Réunionnaise des Relations et Créations Culturelles, présidée par Sabine Armoudom-Paulic. Lors de ces entretiens, ce militant du dialogue inter-religieux d’origine belge, qui vit en Inde depuis 21 ans, a notamment mis en avant « la nature de l’Éveil spirituel et les pratiques essentielles de la Non-Dualité selon la tradition philosophique de l’Advaita Védanta ».
À cette occasion, le directeur de l’Abhishiktananda Centre for Interreligious Dialogue (Delhi) a souligné entre autres « l’importance de créer la conscience suprême pour penser juste et regarder dans la bonne direction ». Cela permet d’avoir « une intelligence évolutive, universelle et non égocentrique », de « cultiver l’amour et l’unité » et enfin « d’avoir un savoir de libération ».

« Des lois adaptées à notre pays »

Tout cela nous a fait penser aux valeurs humaines profondes portées pendant plusieurs semaines auprès de la population de la 7e circonscription (de Saint-Paul Sud à Saint-Louis Nord) par le candidat du P.C.R. à l’élection législative partielle du 23 septembre, Gilles Leperlier, et par sa suppléante, Jessie Caro. Dans leur programme, ils ont fait part aux électeurs de leurs propositions pour un développement durable du pays et notamment pour « une nouvelle gouvernance » afin d’aller dans ce sens en « faisant évoluer les lois pour une juste considération de La Réunion et faciliter les possibilités d’adaptation réglementaire et législative dans la République ».
À ce sujet, Gilles Leperlier a rappelé que « La Réunion a des spécificités qu’il faut prendre en considération. C’est pourquoi je propose un projet taillé sur mesure, fait par les Réunionnais pour les Réunionnais ». Et il ajoutait : « Notre île regorge d’atouts et de richesses qu’il faut faire valoir par des lois adaptées à notre pays. Je me battrai pour offrir à nos travailleurs un salaire plus juste, à nos retraités une retraite décente et pour permettre à nos jeunes de croire en leur avenir ».

Qui décide quoi à La Réunion ?

Pour aller dans ce sens, le grand penseur et militant réunionnais Élie Hoarau a fait part à ses camarades après cette élection d’un rappel : « N’oublions pas que notre organisation politique défend un projet de libération du peuple réunionnais et c’est notre priorité pour résoudre les graves problèmes du pays. Soyons conscients de cette problématique fondamentale : qui décide quoi à La Réunion et pour les Réunionnais ? ».
En effet, nous devons tous ensemble dire non au pouvoir de décision par les pilleurs de La Réunion, par les exploiteurs du peuple réunionnais, par les profiteurs, pollueurs et assimilateurs du pays au détriment de la population en général et notamment des plus pauvres. Donc, comme nous l’a toujours dit Paul Vergès, priorité à la libération du peuple réunionnais !

Roger Orlu